Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Pluies en Côte-d'or : "quinze jours voire un mois avant d'avoir des effets" sur les nappes phréatiques

-
Par , , France Bleu Bourgogne

Le début de l'automne s'accompagne de bonnes pluies, qui devraient se poursuivre tout au long de la semaine. Bonne nouvelle ! Mais il en faudra plus pour régler la situation de sécheresse actuelle en Côte-d'Or, selon notre invité Marc Philippe, chef du département hydrométrie à la DREAL.

© Maxppp - Jean-Luc Flémal

Où en est-on dans le département ?

la situation actuelle est semblable aux épisodes exceptionnelles de 1976 et de 2003. Dans certains secteur du département, jusqu'à ce dimanche soir, il n'avait plu une seule goutte depuis le mois de mai. Marc Philippe confirme : "je dirais que la situation s'est aggravée jusqu'à samedi soir, on a atteint des niveau rarement vus. Un exemple : le Serein à Bierre-lès-Semur la semaine dernière était à sec, avec un débit nul, c'est évidemment un niveau record, qui rejoint 2003 et 1976 pour cette rivière-là. 

Plus généralement, le spécialiste pointe l'ouest du département, où l'on compte les secteurs les plus touchés : "vous prenez une ligne, Chatillon-sur-Seine, Saulieu, Arnay-le-Duc, tout ce qui est à l'ouest est très touché, comme d'ailleurs les départements de l'Yonne et de la Nièvre." 

"La crise est partout", poursuit Marc Philippe, "on ne peut pas dire que certains secteurs vont mieux. Le niveau de crise est atteint presque partout dans le département. Mais il y a des secteurs où il a moins plu, et qui sont plus tributaires des apports d'autres départements, et qui souffrent plus."

Vers des pénuries d'eau potable en Côte-d'or ?

Dans ces conditions extrêmes, chacun est en droit de se poser la question : aura-t-on toujours de l'eau dans mon robinet dans les semaines à venir, si la sécheresse perdure ? Doit-on craindre des pénuries par endroits ? A ce sujet, Marc Philippe précise qu'il n'est expert en la matière, mais il confirme que certaines communes sont déjà en souffrance. "Quand on lit les compte-rendus des services de la préfecture, on y note déjà deux ou trois communes ravitaillées par camions citernes." 

Alors cette pluie prévue par intermittence tout la semaine suffira-t-elle à produire des effets positifs ? Oui, répond Marc Philippe : "des pluies continuelles pendant une semaine, si elles arrivent comme prévu, peuvent déjà permettre de ré-humidifier les sols, ensuite on peut avoir un apport dans les rivières. Si on regarde les courbes ce matin, on voit que la Vendenesse à Crugey ou l'amont de l'Ouche ont déjà réagi aux pluies de ce dimanche. Mais pour les nappes, c'est un phénomène long, il doit y a voir de l'infiltration dans le sol, il faut donc attendre quinze jours voire un mois avant d'avoir des effets, si ce bénéfice pluviométrique perdure."

Les restrictions, efficaces ?

Comme tous les Côte-d'oriens, vous avez dû faire attention à votre consommation d'eau tout au long de l'été. Des restrictions sont en vigueur de puis trois mois, renforcés à plusieurs reprises par la préfecture. Mais sont -elles vraiment utiles face à a de tels épisodes de sécheresse ? "Ça permet d'épargner le milieu à coup sûr", confirme l'expert de la DREAL, "les limitations d'usage de l'eau ont déjà pour premier bénéfice d'empêcher l'augmentation de la consommation, ensuite on a une prise de conscience qui s'effectue petit à petit. A force d'entendre tous nos messages, on évite du gaspillage."

Choix de la station

France Bleu