Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 150 personnes marchent contre le projet d'antenne 5G à Locronan

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Plusieurs manifestants se sont rassemblés ce samedi en fin d'après-midi à Locronan pour une "marche de la vie". Ils étaient environ 150 à exprimer leur rejet du projet de construction d'une antenne 5G à 1 kilomètre de Locronan.

Une pancarte de manifestant à Locronan
Une pancarte de manifestant à Locronan © Radio France - Roméo van Mastrigt

C'est un projet qui mobilise. Ils étaient environ 150, pancartes à la main, devant les marches de l'église pour manifester contre le projet d'installation d'une antenne 5G à presque 1 kilomètre du petit village de Locronan (Finistère). Une 'marche de la vie" organisée par le collectif Antenne Lokorn. La 5G, qui doit être déployée en France courant 2020, est la cinquième génération de réseau internet, au débit censé être plus rapide et plus performant. 

Les manifestants devant l'église de Locronan
Les manifestants devant l'église de Locronan © Radio France - Roméo van Mastrigt

"Le réseau est déjà très bon à Locronan"

Les manifestants ne comprennent pas le bien-fondé du projet. Éloïse Le Breton, l'une des membres du collectif, se questionne : "Ici, le réseau est correct, la fibre commence à être installée dans le village, c'est amplement suffisant. Pourquoi une amélioration du réseau ? On nous dit que c'est pour uniformiser la couverture sur toute la France". Eloïse Le Breton souhaiterait qu'un moratoire sur cette technologie soit mis en place car "nous n'avons pas les compétences pour juger de la nocivité. Il faut que l'on se questionne avant de se lancer dans un projet grandeur nature". 

Une banderole de manifestants à Locronan
Une banderole de manifestants à Locronan © Radio France - Roméo van Mastrigt

D'autres craignent un impact sur la biodiversité, les insectes et les animaux. Mais également sur leur propre santé. Parmi les manifestants, certains sont membres du collectif des électro-hypersensibles du Finistère. Ils se disent très impactés par l'émission d'ondes électro-magnétiques. Marie-Hélène témoigne : "Je crains le pouvoir de nuisance de la 5G car elle va augmenter très fortement le niveau d'ondes. Pour moi, c'est une catastrophe". Elle raconte avoir des migraines, des picotements, des difficultés à marcher et même à parler lorsque le niveau d'émissions d'ondes est trop important. 

Un impact sur le patrimoine

Les collectifs bretons se questionnent également de l'impact d'une "verrue en plein paysage". Manuel Quéinnec, membre de Antenne Lokorn, rappelle que Locronan est avant un décor de film : "On veut nous mettre en plein panorama une antenne de 40 mètres de haut sans aucune concertation. C'est un déni de démocratie". Locronan, haut-lieu de tourisme qui accueille plus de 400.000 touristes par an, a été le décor de films comme "Un long dimanche de fiancailles". De même, selon Manuel Quéinnec, cette antenne devrait se trouver sur le parcours de la Grande Troménie de Locronan qui a lieu tous les 6 ans et rassemble des milliers de personnes. 

Les manifestants écoutent les discours des différents collectifs
Les manifestants écoutent les discours des différents collectifs © Radio France - Roméo van Mastrigt

Des réunions et un recours en justice

C'est en 2018 que la mairie avait autorisé l'implantation de cette antenne, avant de se rétracter. Le collectif a déjà été reçu en sous-préfecture une première fois, puis une seconde en présence de deux représentants d'Orange, à l'origine du projet. Les arguments des deux camps n'ont pas pu faire évoluer la situation. Un recours au tribunal administratif de Rennes a été déposé par le collectif mais celui-ci n'est pas suspensif et ne peut, pour le moment, empêcher les travaux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu