Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 250 kg de déchets sauvages sont ramassés chaque semaine aux bords des routes de Haute-Vienne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Limousin

En période estivale, le ramassage des déchets sauvages est bien fourni. Toutes les semaines, entre 250 et 300 kg de déchets sont collectés le long des routes départementales de Haute-Vienne. Ce qui représente 100 kg de plus que d'habitude, une tournée supplémentaire en semaine est donc organisée.

Deux agents sont chargés de ramasser les déchets sauvages le long des routes départementales de Haute-Vienne.
Deux agents sont chargés de ramasser les déchets sauvages le long des routes départementales de Haute-Vienne. © Radio France - Rébecca-Alexie Langard

C'est un phénomène quasi habituel pour les agents des routes départementales en Haute-Vienne : des poubelles, des canettes écrasées, des bidons remplis d'urine, des lavabos, des bouteilles de gaz, etc. La liste des déchets trouvés le long des routes est longue

Un coin de la décharge de l'antenne technique de Limoges-Catroux qui rassemble les déchets collectés le long des routes de la Haute-Vienne.
Un coin de la décharge de l'antenne technique de Limoges-Catroux qui rassemble les déchets collectés le long des routes de la Haute-Vienne. © Radio France - Rébecca-Alexie Langard

C'est sur la route départementale 140 entre Panazol et le Palais sur Vienne que les agents de nettoyage ramassent le plus de déchets :  "des emballages de douches, de bricolage, des cartons...tout le monde parle d'écologie, de faire attention, mais c'est de pire en pire, s'exclame Jean-Paul, parfois on trouve des fours micro-ondes, des lave-vaisselle, des réfrigérateurs au fond des ravins ou même des pneus de tracteurs très lourd à remonter d'un talus". 

Des déchets de plus en plus nombreux au fil des ans

En effet, Patrice, agent de maîtrise depuis 38 ans, le confirme, depuis plus de dix ans, les agents ramassent de plus en plus de déchets : "les gens sont de plus en plus sales, on vit dans un monde d'égoïste". Même le sites naturels ne sont pas épargnés. À l'entrée du site du bois Jeannette, des poubelles ménagères sont à moitié enfouies dans le feuillage. Des souris s'en échappent. Un peu plus loin dans le ravin, des bouteilles de gaz jonchent le sol parmi un lavabo semblant neuf. 

La tâche des agents de ramassage ne s'arrête pas là. Il faut aussi remplacer les panneaux troués qui servent de cibles aux tireurs. Les trous de cartouches les rendent illisibles. Depuis trois mois, s'ajoutent à ces kg de déchets, les masques sanitaires. Les nettoyeurs sont obligés de longer la route à pied sur des centaines de mètres.

2.000 heures de travail par an 

Ils doivent donc aussi faire attention aux voitures qui les mettent en danger. "J'ai failli me faire renverser, témoigne Jean-Yves, ils roulent comme des fous sur ces routes".  Au total, sur une année, le ramassage des déchets représente 2.000 heures de travail. Une collecte supplémentaire est organisée dans la semaine durant l'été en raison d'un grand nombre de déchets alimentaires. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess