Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de deux millions d'oiseaux ont migré par le Pays Basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

Une grande partie de la migration européenne passe par les cols du Pays Basque. Elles sont attendues par les chasseurs et les ornithologistes. Les comptages sur près d'un demi-siècle montre que le nombre total d'oiseaux se maintient.

Plus de deux millions d'oiseaux passent par une dizaine de cols en Pays Basque
Plus de deux millions d'oiseaux passent par une dizaine de cols en Pays Basque © Radio France - Sara le Marchand

La magie du spectacle a encore joué cet été au-dessus de la montagne basque : une bonne partie de tous les oiseaux migrateurs d'Europe, de la Russie à l'Ecosse, est passée par une frange d'une cinquantaine de kilomètres à peine, au-dessus des cols du Pays Basque. Le massif pyrénéen qui barre la route, s'abaisse suffisamment d'Organbidexka (1283m) à Etxalar (97m), pour laisser la voie libre aux palombes, grues et autres cigognes noires. Les oiseaux se rendent ensuite dans le sud de l'Espagne, au Maghreb ou au-delà du Sahara, en Mauritanie ou en Guinée.

Mais les migrateurs doivent aussi affronter la météo, rappelle Serge Barande, référent du programme migration à la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) Aquitaine : "En septembre, il y a eu des vents violents avec une mortalité importante notamment chez les hirondelles rustiques, puis la tempête Barbara du 20 octobre". Puis restent les chasseurs, en plaine ou sur les cols. Il y a encore des comportements éthiquement inadmissibles pour l'ornithologiste : "La chasse est acceptable quand le chasseur tire dans un vol pour aller chercher les oiseaux, mais quand tout le monde tire pour le plaisir de faire tomber les oiseaux sans même les ramasser, c'est un comportement qui porte préjudice à l'image même du chasseur."

Les observateurs de l'association CPAL à Lizarrieta.
Les observateurs de l'association CPAL à Lizarrieta. - Etienne Rogeau

Bilan d'une migration 2020 qui est en train de se terminer.

Plus de deux millions d'oiseaux

La migration cette année a été bonne, même si les chiffres varient énormément d'une saison à l'autre. Valérie Cohou est membre du groupement d'investigation de la faune sauvage (GIFS), installé sur quatre sites de comptage en Pays Basque. Il s'intéresse plus particulièrement au pigeon ramier, qu'on connait sous le nom de palombe dans tout le Sud-Ouest : "Effectivement on a vu pas mal d'oiseaux cette saison pour les palombes, pour les grues également, et on a vu des petits passereaux, des grives et des alouettes". Certaines années les migrateurs choisissent le bord de mer, d'autres les cols de montagne, mais sur une période de 20 ans, les routes de migration n'ont pas changé. Que ce soit la LPO ou le GIFS, les chiffres concordent : plus de deux millions cent mille palombes ont passé les cols basques avec une journée record le 5 novembre, où on a compté 844.471 pigeons ramiers

Y a-t-il eu plus de grues cette année?

Une question a agité les réseaux sociaux cette année : y a-t-il eu plus de grues cette année que les précédentes ? Trektellen.org le site néerlandais de référence qui recense tous les comptages partout en Europe en a compté 48.111, avec un record de 12.323 pour la seule journée du 8 novembre, mais cela n'a rien d'exceptionnel pour Adrien De Montaudouin "spotteur", c'est-à-dire compteur à la CPAL (comptage protection animation à Lizarrieta) au col de Lizarrieta (441m). Il souligne que la grue "c'est une espèce en augmentation progressive, on a eu de gros passages la nuit, et avec le confinement il y avait moins de pollution auditive". Plus de grues et moins de bruit, c'est ce qui a provoqué cette sensation de présence massive cette année.

Adrien de Montaudouin est spotteur au col de Lizarrieta pour la CPAL, une association d’ornithologistes.

L'entonnoir aquitain et le goulet basque

Les cols basques de passage des oiseaux sont devenus mythiques entre les naturalistes, comme le col d'Organbidexka, le premier loué par des observateurs pour y installer un poste de comptage et prohiber la chasse. Les postes de chasse se louent pour plusieurs années et à plusieurs dizaines de milliers d'euros. En Navarre et en Soule, cela peut représenter une grosse partie des recettes pour des petites communes de montagne. 

L'entonnoir aquitain dans lequel s'engouffrent la plupart des espèces migratrices, qui se termine par le goulet basque, offre un spectacle tellement étonnant que des agences de tourisme proposent même des excursions "à la découverte des oiseaux en migration en Pays Basque" pour 1.150€ la semaine.

La migration des palombes à Banca.
La migration des palombes à Banca. - Valérie Cohou (GIFS)
Choix de la station

À venir dansDanssecondess