Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Poitiers : le chêne de plus de 300 ans tombé au parc des Près-Mignons

-
Par , France Bleu Poitou

Lundi soir le chêne plus que tri-centenaire du parc des Près-Mignons à Poitiers est tombé. Heureusement, pas de dégâts puisqu'il était entouré d'un périmètre de sécurité depuis cinq ans.

La Villa des Prés-Mignons est située au cœur d'un parc à Poitiers-Sud.
La Villa des Prés-Mignons est située au cœur d'un parc à Poitiers-Sud. © Radio France - MC Fournier

Poitiers, France

Il avait plus de trois cents ans. Lundi, un des chênes du parc des près-Mignons à Poitiers est tombé devant les yeux médusés de quelques promeneurs. Heureusement, il n'y avait pas de dangers puisque depuis cinq ans un périmètre de sécurité était installé autour. 

Coups de vent et houppier décimé

En réalité, il était même surveillé depuis quinze ans : en 2003-2004, de grands coups de vents avaient détérioré son houppier, c'est-à-dire sa cime. La ville de Poitiers avait alors mis en place des mesures d'équilibrage. Puis un périmètre de sécurité a été mis en place autour de l'arbre en 2014 lorsque des fissures sur le tronc ont été détectées.

"Il a fait l'objet de mesures de conservation un peu exceptionnelles du fait de son aspect emblématique et de son âge" explique Vincent Pellerin, le responsable du patrimoine arboré de la ville de Poitiers. 

Sa chute fait probablement suite aux fortes pluies de la semaine dernière. Mais il n'est pas mort pour autant : un quart de son système racinaire est encore enterré. La ville de Poitiers ne sait pour l'instant pas ce qu'elle va en faire : le laisser vivre comme ça ou l'enlever. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu