Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour cause de confinement, la qualité de l'air s'améliore en région Centre-Val de Loire

Peu de voitures sur les routes, peu de camions, les capteurs de Lig'air, l'organisme de suivi de la qualité de l'air en région Centre-Val de Loire, sont formels. La qualité de l'air atteint des seuils jamais vus pour cause de confinement.

L'un des capteurs de Lig'Air installé en région Centre-Val de Loire
L'un des capteurs de Lig'Air installé en région Centre-Val de Loire © Maxppp - S. Jarry

C’est l’une des conséquences de l’épidémie de coronavirus, et du confinement, la pollution atmosphérique est en nette baisse. C’est ce qui ressort des données de l’organisme en charge du contrôle de la qualité de l’air en région Centre-Val de Loire, Lig’Air. C’est surtout notable pour le dioxyde d’azote.

50% de NO² en moins dans l'air

Le dioxyde d'azote provient essentiellement du trafic routier. Qui dit peu de voitures, peu de camions, dit peu de pollution de NO². C’est très net. Lig’Air a fait une moyenne sur tous ses vendredis de 2019. Il l’a comparé aux deux derniers vendredis, les 13 et 20 mars. Bilan : 45% à 50% de baisse sur toutes ses stations à proximité des grands axes.  

Les particules fines encore bien présentes dans l'air

Ce qui vaut pour le dioxyde d'azote ne vaut pas pour les particules fines. Le confinement ne fait baisser leur niveau que de 10% en moyenne en région Centre-Val de Loire. Pourquoi? Parce que le trafic routier ne représente que 10 à 12% de ces particules fines. Elles sont d’abord liées à l’agriculture. Les exploitants sont actuellement dans les champs pour cause de météo favorable. Ils épandent des engrais et produisent donc des aérosols. Autre facteur aggravant : les chauffages tournent beaucoup en ce moment, d’autant que les gens sont pour la plupart chez eux. Dernier facteur, des remontées de poussières d'origine désertiques en provenance du Sahara. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu