Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour la première fois, les pesticides présents dans l'air en Dordogne vont être mesurés par l'association Atmo

-
Par , France Bleu Périgord

Combien de pesticides différents sont présents dans l'air qu'on respire ? Pour le savoir, Atmo Nouvelle-Aquitaine vient de lancer sa campagne régionale de mesure 2021. Et pour la première fois, un site de captage a été installé en Dordogne. Résultats attendus en juin 2022 !

Six "préleveurs" sont disposés sur le territoire de la Communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord
Six "préleveurs" sont disposés sur le territoire de la Communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord © Radio France - Atmo Nouvelle-Aquitaine

Son interdiction date de 1998, et pourtant, par endroits, on trouve toujours dans l'air que l'on respire en 2021 des traces de lindane. Cet insecticide, longtemps utilisé dans l'agriculture et pour le traitement des parasites de l'homme, fait partie des 107 pesticides qu'Atmo Nouvelle-Aquitaine cible dans ses campagnes de mesures.

Chaque année depuis 2001, cette association de surveillance de la qualité de l'air, agréée par le gouvernement, pose des capteurs en différents points de la région. Pour la campagne 2021, qui vient tout juste de commencer, six sites ont été choisis, et pour la première fois, l'un d'eux se trouve en Dordogne : la Communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord (Excideuil, Cubjac, Lanouaille,...).

Aucune norme n'existe pour le moment 

Pendant dix mois, jusqu'en décembre, six "préleveurs" vont analyser l'air, et les résultats seront rendus publics en juin 2022. Mais quelle que soit la quantité détectée, cela n'aura aucune conséquence. Car rien ne permet pour l'instant de dire à partir de quel niveau de concentration ces pesticides sont dangereux pour l'homme. Il n’existe pas de norme concernant la présence de molécules de pesticides dans l’air, contrairement à l’eau, à l’alimentation, ou encore aux particules fines (ce sont les mesures d'Atmo qui déclenchent les alertes à la pollution, ce qui conduit parfois à l'interdiction de rouler pour certains véhicules, ou la mise en place de la circulation alternée).

"Notre travail, c'est de collecter des données d'années en années pour connaître l'évolution de la présence des pesticides", explique Julie Gault, chargée de communication d'Atmo Nouvelle-Aquitaine. Ces chiffres seront précieux le jour où les autorités décideront de mettre en place des seuils. 

Comme c'est la première fois que ces mesures sont faites en Dordogne, les résultats de cette année vont servir de base pour établir des comparatifs dans le futur. Ils vont également permettre à Atmo de renforcer son étude à l'échelle de la région, car la Communauté de communes Isle-Loue-Auvézère en Périgord présente la particularité d'être une zone de vergers, les données de l'association sur cette culture sont rares.

Enfin, ces données seront versées dans une base nationale sur les pesticides, accessible à tous, puis transmises à l'ANSES, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, qui étudie leur impact sur la santé et l'environnement. En attendant de connaître les premiers résultats périgourdins, les bilans des campagnes précédentes sont consultables sur le site d'Atmo Nouvelle-Aquitaine.

Julie Gault, chargée de communication d'Atmo Nouvelle-Aquitaine, invitée de France Bleu Périgord

Choix de la station

À venir dansDanssecondess