Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Près de Toulouse, les nappes phréatiques font le plein

-
Par , France Bleu Occitanie

Les nappes phréatiques des cours d'eau de l'ex Midi-Pyrénées ont fait le plein et se sont bien rechargées grâce aux pluies de novembre et décembre. Mais ces recharges, historiques pour certaines, ne seront pas nécessairement suffisantes pour faire face à une sécheresse cet été. Explications.

Illustration
Illustration © Maxppp - Jean-Marc Loos

Midi-Pyrénées - France

Les nappes phréatiques des cours d'eau de Midi Pyrénées ont fait le plein et se sont bien rechargées grâce aux pluies automnales et hivernales. Ainsi, par exemple à Ondes ou à St Elix, en Haute-Garonne, les mesures atteignent des maxima quasiment historiques. Au Fauga (Haute-Garonne) et à Verniolle (en Ariège), les nappes sont aussi très hautes, selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Pas sûr que cela suffira pour l'été

Après la sécheresse de cet été, c'est une bonne nouvelle. En juillet 2019, 80 départements avaient été concernés par des mesures de restriction d'eau, dont le Tarn, le Tarn-et-Garonne, l'Aveyron, la Haute Garonne, le Gers et le Lot.

Mais Jean-Marie Gandolfi , hydrogéologue au BRGM à Toulouse (spécialiste des eaux souterraines) reste prudent : "Ce mois de novembre a fait remonter à peu près toutes les nappes du bassin Adour Garonne. Mais on doit attendre mars-avril pour voir comment on va passer l'été. Il faut qu'il pleuve jusqu'au mois d'avril et que ces précipitations soient bien réparties dans le temps." 

On doit attendre mars-avril pour voir comment on va passer l'été. - Jean-Marie Gandolfi, hydrogéologue toulousain

En 2015, 2016, 2017, le niveau de recharge des nappes avait été catastrophique. En 2018, les pluies du printemps avaient également été insuffisantes. Par ailleurs, avec le changement climatique, le niveau de recharge devrait ralentir de 10 % à 30 % d’ici à 2070, selon le BRGM.  Alors comment faire à long terme ? Certains proposent de ré-infiltrer les eaux de surface, d'orage ou même les eaux usées traitées par injection directe ou par infiltration.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu