Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Problèmes d'odeur à l'usine de méthanisation d'Escrennes : les dirigeants reconnaissent "un incident biologique"

-
Par , France Bleu Orléans

L'origine du problème des odeurs à l'usine de méthanisation d'Escrennes, dans le Loiret, a été identifiée : selon Engie Biogaz, il s'agit d'un "incident biologique" qui a déréglé les paramètres de production, mais qui est en passe d'être réglé. Les riverains restent sceptiques.

Un incident biologique "très rare" a eu lieu début juin à l'usine de méthanisation d'Escrennes, explique Engie Biogaz
Un incident biologique "très rare" a eu lieu début juin à l'usine de méthanisation d'Escrennes, explique Engie Biogaz © Radio France - François Guéroult

Et l'on reparle des odeurs de l'usine de méthanisation à Escrennes, près de Pithiviers... L'usine Beauce Gâtinais Biogaz a commencé en janvier sa production de gaz et d'engrais, en transformant des matières organiques, essentiellement du fumier du cheval. Mais depuis cet été, les riverains dénoncent des odeurs insupportables, un collectif s'est créé en juillet et invite ce matin la population à une rencontre pour faire le point (à 10h, juste en face de l'usine, rencontre suivie d'un pique-nique).

Un incident biologique rarissime

Les dirigeants de l'usine l'admettent désormais publiquement : il y a bien eu un problème début juin, dans le cycle de fabrication du "digestat", l'engrais renouvelable qui est censé sortir de l'usine sans odeur. Un incident biologique rarissime a déréglé les paramètres, explique Frédéric Terrisse, directeur général adjoint d'ENGIE Biogaz, l'un des actionnaires du site : "C'est un incident qui est très rare, et qu'on n'avait jamais vu dans les autres sites de méthanisation que l'on exploite en France. L'origine des odeurs est maintenant parfaitement connue, on a bien compris ce qu'il s'était passé."

Depuis, affirme Frédéric Terrisse, "il y a eu une mobilisation de toutes les équipes pour résoudre le problème. Certaines mesures prennent du temps, on a bien conscience que c'est toujours trop tard par rapport au ressenti des riverains, ça ne va jamais assez vite mais en tout cas, on a vraiment fait le maximum pour limiter les odeurs, et la situation s'est déjà améliorée, même s'il peut encore y avoir des pics d'odeur". Un référent a d'ailleurs été nommé, joignable 24 heures sur 24, que les habitants peuvent appeler pour signaler d'éventuels relents suspects.

Les riverains veulent une étude sur la qualité de l'air

Mais il en faudra davantage pour rassurer les riverains qui réclament notamment une vraie étude sur la qualité de l'air. "Le temps qu'il a fallu pour identifier le problème est en soi inquiétant, souligne Jean-Marie Desgrolards, du collectif Bien vivre à Escrennes. Ils nous disent qu'ils ont traité le problème : oui, sûrement, mais objectivement, ce qui nous avantage aujourd'hui, ce sont les meilleures conditions météo et la direction du vent. Est-ce qu'il y a eu une évolution sur les odeurs ou simplement une évolution du vent ? On attend que soient réalisées des études sérieuses.

Le collectif de riverains compte bien maintenir sa mobilisation
Le collectif de riverains compte bien maintenir sa mobilisation © Radio France - François Guéroult

Le collectif s'inquiète aussi de l'inspection du site qu'a réalisée cet été la DREAL, la Direction régionale de l'environnement. "On a eu l'inspecteur au téléphone, assure Jean-Marie Desgrolards, il nous a dit qu'il y avait des problèmes de conformité sur le bâchage des stocks et la configuration d'un bassin de lagunage, ce n'est pas rassurant." Et cela devrait être abordé mi-septembre, lors d'une réunion entre toutes les parties à la sous-préfecture de Pithiviers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess