Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Produits phytosanitaires : les agriculteurs alsaciens signent une charte de "bon voisinage"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Parmi les signataires, des syndicats agricoles comme la FDSEA du Bas-Rhin, les Jeunes Agriculteurs ou encore l'AVA (association des viticulteurs d'Alsace). Ils s'engagent à aller plus loin que la réglementation pour l'utilisation de produits phytosanitaires. Mais ça ne convainc pas tout le monde.

L'exploitation de Maximilien Zaepffel à Dambach-la-Ville juste à côté d'habitations
L'exploitation de Maximilien Zaepffel à Dambach-la-Ville juste à côté d'habitations © Radio France - Soisic Pellet

Une charte de "bon voisinage" pour rassurer les riverains d'exploitations sur l'utilisation de produits phytosanitaires pour traiter les champs. Parmi les signataires, des syndicats d'agriculteurs comme la FDSEA, les Jeunes Agriculteurs ou encore l'AVA, l'association des viticulteurs alsaciens. Ils annoncent s'engager pour "bien vivre" avec les habitants, en allant même plus loin que ce que prévoit la loi. 

Aujourd'hui, je suis serein parce que je vais vers la société, je vais vers les voisins pour leur proposer encore plus que ce qu'on me demande - Franck Sander, président de la FDSEA du Bas-Rhin 

Parmi leurs engagements, il y a par exemple le fait "de ne traiter en direction des habitations", explique le vigneron Maximilien Zaepffel, installé à Dambach-la-Ville, à quelques mètres seulement de maisons. "On va toujours traiter de l'extérieur vers l'intérieur de la parcelle." Fabien Metz, céréalier à la Wantzenau, a opté lui pour du nouveau matériel, qui permet de réduire "la volatilisation du produit". 

Des efforts loin d'être suffisants

Si ces annonces rassurent effectivement certains riverains comme Michel, habitant de Dambach-la-Ville, qui remarque que "les viticulteurs font quand même plus attention" et "ont pris conscience des problèmes de santé par rapport aux produits de pulvérisation", ce n'est pas le cas chez tout le monde. Son voisin, Joseph-Louis a un tout autre avis sur la question et se dit lui "très inquiet"

La seule solution, c'est de sortir de ce modèle agricole - Anne Vonesch, vice-présidente d'Alsace Nature 

Quant aux associations de défense de l'environnement comme Alsace Nature, la seule solution serait de supprimer totalement ces produits phytosanitaires. Pour Anne Vonesch, vice-présidente de l'association en charge de l'agriculture, ces avancées sont insuffisantes. Ce nouveau matériel par exemple qui empêche la volatilisation "a une certaine efficacité, il ne faut pas cracher dessus", précise Anne Vonesch, "mais cela ne devrait pas donner l'illusion que l'usage des pesticides serait maîtrisé". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess