Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INFO FRANCE BLEU - Nouvelle prison à Muret : l'enquête publique rend un avis défavorable

-
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

La construction d'une troisième prison à Muret (Haute-Garonne) est dans les tuyaux depuis 2016. Selon l'enquête publique menée depuis fin janvier, le projet en l'état ne peut être qualifié d'"utilité publique".

Des riverains, farouchement opposés à cette prison, devant le site choisi pour la construction.
Des riverains, farouchement opposés à cette prison, devant le site choisi pour la construction. © Radio France - Flora Midy

C'est un avis qui devrait chahuter le projet de construction d'une troisième prison à Muret, en Haute-Garonne. Selon les informations de France Bleu Occitanie, l'enquête publique, menée du 25 janvier au 1er mars, vient de rendre un avis défavorable à l'implantation d'un centre pénitentiaire le long de la route départementale 3, en direction de Labastidette. Au sud de Toulouse, cette prison devait être une réponse au problème de surpopulation carcérale en Occitanie. 

Oui à une prison, mais pas à Muret

Dans le rapport de l'enquête, la liste des inconvénients fait trois fois la taille de celle des avantages. Le commissaire enquêteur reconnaît l'intérêt d'un tel établissement. C'est d'ailleurs une demande formulée de longue date par les agents des prisons voisines, à Seysses et Muret. 

Mais il estime qu'un tel projet ne peut se faire sur la parcelle agricole choisie : "J'ai constaté le prélèvement de surface agricoles et les nuisances à venir pour les riverains. Ces inconvénients pourraient être évités par une localisation plus adaptée.

"Quel mal fait-on à nos dernières terres agricoles !" 

Ce sont les mêmes arguments que les habitants les plus proches du site en question, inquiets de voir une prison de 17 hectares se dresser juste devant leurs fenêtres : "Imaginez les nuisances sonores, lumineuses. Et quel mal fait-on à nos dernières terres agricoles ! Cet avis défavorable, c'est du bon sens", estime Anne-Marie Cucchi, une des premières à s'être mobilisée contre le projet.

Un site agricole protégé et un aérodrome trop près

L'enquête précise également que le futur site est protégé pour sa biodiversité. On peut lire dans le rapport de l'enquête que "les procédures relatives à la loi sur l'eau et aux espèces protégées ne sont pas instruites". Il se situe également juste à côté d'une zone de loisirs, celle des Bonnets, où se tient chaque été Muret-plage. Il y a un autre point noir :la présence de l'aérodrome de Muret-Lherm, à proximité immédiate. Or, il est interdit de construire aussi près d'un tel équipement pour des questions de sécurité.

Les opposants au projet vont donc se saisir de ce nouvel argument de poids, qui pourrait largement ralentir le projet de la prison censée accueillir 615 détenus en 2026. L'avis de l'enquête publique n'est pas une fin en soi, mais la situation devient plus délicate, sachant que la mairie de Muret et l'agglomération du Muretain avaient elles aussi voté en conseils des avis défavorables.

C'est désormais au ministère de la justice de décider de l'orientation qu'il donne au projet. L'État peut déposer un recours après cette enquête publique, modifier le projet, changer son emplacement, ou l'abandonner. La nouvelle prison de Muret entre dans le cadre du plan "15.000 places" lancé par le gouvernement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess