Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : le Département embauche des gardiens pour surveiller le lac de Servières

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Désormais propriété du Département du Puy-de-Dôme, le lac de Servières sera surveillé cet été par quatre gardiens, accompagnés d'un garde-nature du Parc des Volcans d'Auvergne. Leur mission : préserver ce site classé Espace naturel sensible.

Trois des gardiens embauchés par le Département du Puy-de-Dôme pour surveiller le Lac de Servières, accompagné d'un garde-nature du Parc des Volcans d'Auvergne.
Trois des gardiens embauchés par le Département du Puy-de-Dôme pour surveiller le Lac de Servières, accompagné d'un garde-nature du Parc des Volcans d'Auvergne. © Radio France - Juliette Micheneau

L'an dernier, le conseil départemental du Puy de Dôme annonçait son intention d'acheter le lac de Servières pour en faire un Espace naturel sensible. L'achat finalisé, le Département entend bien faire respecter les interdictions en vigueur et préserver ce site en embauchant quatre gardiens saisonniers, qui seront épaulés par un garde-nature du Parc des Volcans d'Auvergne, qui assurait jusque là la surveillance des lieux.

Autour du lac de Servières avec les gardiens du Département du Puy-de-Dôme.

Faire accepter l'interdiction de baignade

Parmi ces gardiens embauchés d'avril à septembre, Hervé vient justement de sortir des baigneurs de l'eau. "Des gens très sympathiques d'ailleurs, qui ont très bien compris le message. On leur explique qu'il y a des plantes qui sont protégées ici et qui sont essentielles à la vie du lac."

Plus question, donc, de piquer une tête dans le lac de Servières, des habitudes qui vont devoir changer quand l'an dernier on a enregistré des pics de 260 baigneurs et jusqu'à 2500 personnes installées autour du lac.

Baignade interdite dans le lac de Servières, classé "espace naturel sensible".
Baignade interdite dans le lac de Servières, classé "espace naturel sensible". © Radio France - Juliette Micheneau

"Les gens ne se rendent pas forcément compte de leur impact", assure Nicolas, l'un des gardiens. "Forcément les habitudes vont changer. On va pas venir là pour consommer un lac, on apprécie le vent, l'eau, mais _on ne vient pas consommer comme autour de la piscine ou à la base nautique_. [...] Il faut que les gens puissent venir de manière différente, pour apprécier la nature, et d'apprécier la nature ça s'apprend, c'est pas forcément inné."

Nicolas, l'un des quatre gardiens qui surveillent désormais le lac de Servières.

En moyenne un sac de 100 litres de déchets par jour

Les gardiens doivent aussi être vigilants aux différents randonneurs, aux éventuels engins motorisés, les chevaux peuvent aussi faire des dégâts sur les berges. Ils ont également une mission de nettoyage. "Sur une journée on remplit en général un sac de 100 litres d'ordures", raconte David qui fait l'inventaire de ce qu'il vient de ramasser. "Beaucoup de bouteilles, beaucoup de mouchoirs, _on a trouvé un masque, serviettes hygiéniques, tampons, papier toilette_, ce genre de joyeuseté."

David, l'un des gardiens du lac de Servières, ramasse les déchets autour d'un reste de feu, pourtant interdit.
David, l'un des gardiens du lac de Servières, ramasse les déchets autour d'un reste de feu, pourtant interdit. © Radio France - Juliette Micheneau

En finir avec les feux sauvages

Dans le viseur du Département, il y a aussi les feux et autres barbecues sauvages. "C'est interdit par la loi, pas par le Département", rappelle le vice-président du Conseil Départemental, Bernard Sauvade, en charge de l'environnement. "On n'a _pas le droit de faire des feux à moins de 200 mètres d'une forêt_, c'est strictement interdit." Or à Servières, la forêt est partout ou presque.

Mais avant d'en arriver à des interventions de gendarmes et d'éventuelles sanctions, c'est la pédagogie qui prime. Cet été il y aura des points fixes où les promeneurs pourront venir trouver d'eux-mêmes les gardes-nature et échanger avec eux.

Concernant la pêche, la société de pêche de Michelin, ancien propriétaire de Servières, garde la gestion pour cet été. C'est ensuite la fédération de pêche du Puy-de-Dôme qui en aura la responsabilité, pour une utilisation a minima. Le Département souhaite privilégier le lac de Guéry pour ce type d'activité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess