Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Qualité de l'air dans l'Eurométropole de Strasbourg : encore des progrès à faire

-
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

L'association de surveillance de la qualité de l'air Atmo Grand Est a fait son bilan de l'année. Dans l'Eurométropole on respire un peu mieux qu'il y a 15 ans mais il reste encore des points noirs, notamment par rapport à la circulation automobile. Une réflexion est lancée sur le diesel.

Il y a encore trop de pollution automobile dans l'Eurométropole
Il y a encore trop de pollution automobile dans l'Eurométropole © Maxppp - Cédric Joubert

Strasbourg, France

C'est mieux, mais c'est loin d 'être suffisant. Voilà comment on pourrait résumer le bilan dressé ce lundi par Atmo Grand Est, l’association de surveillance de la qualité de l'air. Car, si en 15 ans l'air est devenu légèrement plus respirable, grâce à l'amélioration des moteurs de voiture et des filtres sur les cheminées d'usine, l'Eurométropole a encore des progrès à faire pour rentrer dans les clous.

Encore trop de voitures

Deux gros points noirs sont à améliorer : le dioxyde d'azote, principalement du à  la circulation automobile et dont les valeurs dépassent les seuils européens dans l'Eurométropole. Il y a aussi les particules fines qui restent sous la norme européenne mais dépassent les recommandations de l'OMS, l'organisation mondiale de la santé.

Changer les systèmes de chauffage vétustes

Pour mieux respirer c'est à chacun de s'y mettre, répètent donc les dirigeants de l'Eurométropole, collectivités comme particuliers: en privilégiant le co-voiturage et les transports en commun mais aussi en remplaçant ses vieux poêles et cheminées par du matériel performant, car le chauffage au bois est à l'origine de la moitié de la pollution aux particules fines dans la collectivité. Une aide de 600 à 1600 euros est ainsi proposée pour remplacer les systèmes de chauffage vétustes. 

L'avenir du diesel en question?

Parallèlement à cela, une réflexion est engagée sur l'avenir même du diesel dans l'Eurométropole selon Robert Hermann, son président. L'interdiction du diesel pourrait intervenir en 2025 mais c'est un sujet sur lequel les habitants seront consultés par référendum, après  les élections municipales. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu