Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Qualité de l'air dans le Grand Est : rester confiné ne doit pas empêcher d'aérer son logement

Après 6 semaines de confinement, la qualité de l'air s'améliore dans la région. Constat établi ce mercredi par Atmo Grand Est qui conseille de ne pas respirer un air confiné et de bien aérer son logement.

Il est d'autant plus important de bien aérer son logement actuellement qu'on y passe plus de temps que d'habitude
Il est d'autant plus important de bien aérer son logement actuellement qu'on y passe plus de temps que d'habitude © Radio France - Isabelle Baudriller

La tendance se conforte dans le temps : après six semaines de confinement, l'impact sur la qualité de l'air est bien réel selon les observations d'Atmo Grand Est. L'association a présenté ses conclusions ce mercredi. Depuis le 17 mars, les émissions de dioxydes de carbone - essentiellement liées au trafic routier - ont diminué de 26% (Moselle) à 32% (Haut-Rhin) selon les départements.

Rayonnement solaire plus important

Les émissions de particules fines (PM10), générées à plus de 70% par l'agriculture, l'habitat et le secteur tertiaire ont reculé, elles aussi, mais dans une moindre mesure : de 2% (Aube, Haute-Marne) à 7% (Bas-Rhin, Haut-Rhin). Enfin, les concentrations en ozone restent à des niveaux élevés, "toutefois en dessous du seuil d'information ou d'alerte", précise Jean-Pierre Schmitt, directeur général adjoint d'Atmo Grand Est. Pourquoi ces niveaux élevés ? "La production d'ozone dépend de l'activité industrielle, en baisse actuellement, mais aussi des températures et du rayonnement solaire. Or, le rayonnement solaire est plus important et cela pourrait être lié à l'arrêt du trafic aérien. Le ciel subit moins un phénomène d'obscurcissement."

Radioactivité après les incendies en Ukraine ?

Les incendies qui ravagent en ce mois d'avril les forêts d'Ukraine dans le secteur de Tchernobyl ont-ils eu un effet jusque dans le Grand Est ? Jean-Pierre Schmitt se montre catégorique : "Nous disposons ici d'un réseau indépendant de surveillance de la radioactivité composé de 13 points de mesure. Il n'y a aucun impact aujourd'hui sur le Grand Est".

Particules atmosphériques et propagation du Covid-19

Autre question en ces temps d'épidémie : la propagation du virus est-elle favorisée par la présence de particules dans l’air ? L'association Atmo Grand Est rappelle qu'elle n'est pas experte dans le domaine de la santé et "encourage la poursuite des études de recherche sur ce sujet pour confirmer ou infirmer que les particules atmosphériques agissent comme vecteur de propagation longue distance du virus Covid-19". 

"Au 27 mars 2020, aucun lien de cause à effet n’a encore été démontré entre pollution par les particules et dissémination du virus", indique Atmo Grand Est qui insiste sur l'importance de préserver sa qualité de l'air intérieur. Pour ne pas respirer un air "confiné", il est conseillé d’aérer au moins 10 minutes par jour son logement, de préférence tôt le matin et tard le soir pour éviter que les pollens allergisants - pollens de bouleaux actuellement - ne viennent se déposer chez soi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess