Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Bientôt davantage d'alertes à la pollution en Alsace

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Elles ont un impact direct sur notre santé : les particules très fines. Les PM 2,5 infiltrent en profondeur nos poumons. Elles feront bientôt partie des paramètres pris en compte pour déclencher les alertes à la pollution de l'air. Les particules fines, les PM 10, sont déjà intégrées à cet indice.

La pollution aux particules fines très présente en hiver sur les routes alsaciennes
La pollution aux particules fines très présente en hiver sur les routes alsaciennes © Maxppp - Dominique GUTEKUNST

Les PM 2,5 entreront bientôt dans les paramètres pris en compte pour déclencher les alertes à la pollution de l'air. Ce nouvel indice ATMO va mécaniquement faire exploser le nombre de journées d'alerte : d'une douzaine par an dans l'agglomération strasbourgeoise, on pourrait en afficher 40 voire 60, soit cinq fois plus qu'actuellement!

Le nouvel indice ATMO comportera six graduations, contre dix aujourd'hui. L'indice remanié devrait entrer en vigueur ce printemps. Il faut encore adapter l'arrêté ministériel à de toutes récentes normes européennes.

De lourdes répercussions pour la santé

Pour son indice de la qualité de l'air, ATMO Grand Est mesure déjà le SO2, pour les polluants industriels. Le NO2, pour la pollution routière. L'ozone, particulièrement élevé par beau temps. Et une partie des particules fines, les PM 10. 

Les PM 2,5 sont des particules très fines qui s'infiltrent profondément dans nos poumons. Elles peuvent favoriser les cancers et les maladies respiratoires. On estime qu'elles réduisent de huit mois l'espérance de vie des citoyens de l'Union européenne.

Pour bien évaluer le risque sanitaire induit par la pollution atmosphérique, il faudrait aussi quantifier les particules ultra-fines et évaluer leur dangerosité.  C'est l'une des revendications du collectif "Strasbourg respire" qui milite pour un air de qualité dans la capitale alsacienne.

Le Dr Thomas Bourdrel, président de "Strasbourg respire", évoque les dangers des PM 2,5

Les alertes pollution seront bien plus fréquentes avec le nouvel indices - Maxppp
Les alertes pollution seront bien plus fréquentes avec le nouvel indices © Maxppp - Cédric Joubert

Depuis novembre 2019, ATMO Grand Est comptabilise ces nanoparticules sur un site strasbourgeois, à Neudorf, près de l'avenue du Rhin, secteur particulièrement pollué. Mais il n'existe pas encore de données épidémiologiques pour évaluer leur dangerosité.

ATMO Grand Est mesure déjà les nanoparticules, explique Emmanuel RIVIERE, son directeur délégué

Note positive, en dix ans, de 2009 à 2019, la qualité de l'air s'est améliorée en Alsace, même si notre atmosphère reste très polluée. Les particules ont baissé de 30%, les polluants d'origine routière de 20%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu