Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Qualité de l'air : la Moselle respire mieux qu'il y a 10 ans

-
Par , , France Bleu Lorraine Nord

L'air que nous respirons en Moselle est-il bon ? S'il y a encore des efforts à faire, la situation s'est nettement améliorée depuis 2010 estime Atmo Grand Est.

Atmo Grand Est a installé en septembre une borne pour mesurer la qualité de l'air
Atmo Grand Est a installé en septembre une borne pour mesurer la qualité de l'air © Radio France - Stéphane Maggiolini

Moselle, France

La qualité de l'air est-elle bonne ou mauvaise en Moselle ? "En 2018, par rapport à 2010, on enregistre des niveaux qui sont nettement en baisse" constate Michel Marquez, responsable de l'unité accompagnement plan et programme à ATMO Grand Est, l'organisme chargé de mesurer et surveiller la qualité de l'air dans la région, que nous interrogeons à l'occasion d'une journée spéciale sur France Bleu consacrée à la qualité de l'air. 

Moins d'industries polluantes et voitures plus propres

Une amélioration sensible qui s'explique par plusieurs raisons dans notre département. La circulation d'abord. Si elle s'est considérablement densifiée, notamment dans le sillon lorrain (A31) et sur l'axe Metz-Forbach (A4 et A320 et D603), les voitures sont aujourd'hui moins polluantes. C'est aussi l'effet de la désindustrialisation de la Moselle qui a vu s'arrêter à la fin du siècle dernier de nombreuses industries fortement émettrices de particules nocives. "La diminution a été assez forte, ajoute Michel Marquez, et la situation tend maintenant à se stabiliser." En Moselle, les secteurs les plus sensibles se trouvent donc dans les agglomérations de Metz et Thionville, dans la Vallée de la Fensch, ainsi qu'en Moselle-est autour de Forbach et Sarreguemines. 

Prise de conscience

L'intensification de la prise de conscience collective des enjeux atmosphériques et énergétiques n'est pas étrangère non plus à cette amélioration. Les actualités récentes, autour de l'implantation de l'usine Knauf à Illange ou celle programmée d'Amazon sur l'ancienne base aérienne de Frescaty, la mobilisation contre l'A31 bis au profit de mode de déplacements plus doux, prouvent que la qualité de l'air est une préoccupation majeur des populations soucieuses de leur santé et de leur cadre de vie. 

En octobre, la Moselle respire en attendant l'hiver...

La Moselle a, comme de nombreux autres départements, connu durant l’été et la canicule de longs épisodes de pollution à l'ozone. Ce mois d'octobre est considéré comme une "période transitoire" avant l'arrivée de l'hiver et du froid. A ce moment, la pollution émise par les chauffages individuels combinée à la circulation automobile, expose la population à des épisodes de pollutions aux particules fines. D'où l'importance de rappeler, selon Michel Marquez, que "chacun est responsable de la qualité de l'air dans ses actions au quotidien." 

Un exemple de bulletin d'alerte pour un épisode de pollution dans le Grand Est  - Aucun(e)
Un exemple de bulletin d'alerte pour un épisode de pollution dans le Grand Est - Capture d'écran Atmo Grand Est
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu