Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Qualité de l’air : plus précis et plus sévère, l’indice Atmo des Pays de Savoie évolue

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

L'indice Atmo, indicateur de la qualité de l’air en Pays de Savoie, fait peau neuve. Depuis ce 1er janvier 2021, il intègre les particules fines et il est également disponible pour l’ensemble des communes.

Un capteur Atmo utilisé pour calculer la qualité de l'air dans les Alpes.
Un capteur Atmo utilisé pour calculer la qualité de l'air dans les Alpes. - (Image Atmo Auvergne-Rhône-Alpes)

Nouvelle année, nouvelle indice. Depuis le 1er janvier, l’indicateur Atmo de la qualité de l’air créé a changé, une révolution depuis sa création en 1994. Première évolution, elle concerne l’accessibilité de ce service. Jusque-là réservé aux agglomérations de plus de 100 000 habitants, il est désormais disponible à l’échelle de chaque commune. Il est donc possible de connaître précisément la qualité de l’air chez soi, même dans le plus petit village des Pays de Savoie.

PM 2,5

Autre changement majeur, les particules les plus fines sont prises en compte dans la mesure de l’indice de l’air. Les PM2,5, les plus dangereuses pour la santé et notamment en cas de pic de pollution, représentent un enjeu sanitaire importants. Leur intégration à la définition de la qualité de l’air vient s’ajouter aux autres polluants déjà étudiés : les PM10, l’ozone (O3), le dioxyde d’azote (NO2) et le dioxyde de soufre (SO2). 

Tous ces changements ont conduit à la création d’un nouveau barème de la qualité de l’air. L’indice chiffré de 1 (très bon) à 10 (très mauvais) disparait pour laisser la place à six qualificatifs (voir ci-dessous) allant de “bon” à “extrêmement mauvais”. Ils seront associés à un code couleur et une série de smileys. "L’indice devient ainsi représentatif de l’état de la qualité de l’air (…) et plus en phase avec les attentes des citoyens. Ils peuvent connaître plus finement, près de chez eux, l’état de la qualité de l’air et adapter leurs activités en conséquence", indique le directeur d’Atmo en Auvergne-Rhône-Alpes. 

La nouvelle échelle de l'indice Atmo.
La nouvelle échelle de l'indice Atmo. - (Source Atmo Auvergne-Rhône-Alpes)

Plus sévère

Grâce à ces évolutions, cet indicateur de la qualité de l’air respecte désormais les préconisations de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et de l’Europe. Plus précis mais aussi plus sévère, il aura cet effet paradoxal d’augmenter le nombre de jours dans l’année où la qualité de l’air sera qualifiée de moyenne ou de mauvaise. "Ce qui peut apparaître comme une augmentation du nombre de jours avec une qualité de l’air  dégradée découle du changement de la méthode de calcul, de l’intégration des PM2,5, et de nouveaux seuils, précise Atmo. Cela ne résulte pas d’une dégradation de la qualité de l’air : celle-ci s’améliore nettement en Haute-Savoie depuis 2007."

(Source Atmo Auvergne-Rhône-Alpes)
(Source Atmo Auvergne-Rhône-Alpes) - -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess