Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quartiers fertiles : quels sont les deux projets retenus dans l'Yonne ?

-
Par , France Bleu Auxerre

L'agriculture urbaine permet de créer du lien, de sauvegarder l'environnement, de promouvoir une alimentation saine. Deux projets viennent d'être récompensés à Joigny et Sens (Yonne), dans le cadre du programme "quartiers fertiles" de l'agence nationale pour la rénovation urbaine.

L'agriculture urbaine se développe un peu partout en France.
L'agriculture urbaine se développe un peu partout en France. © Maxppp - Olivier Corsan

L'agriculture urbaine progresse ! Ces projets qui visent  à déployer l'agriculture au cœur des quartiers populaires permettent de créer du lien, de sauvegarder l'environnement, de promouvoir une alimentation saine. Deux projets viennent d'être récompensés dans l'Yonne, dans le cadre d'un appel à projets baptisé "quartiers fertiles" soutenu par le ministère de l'agriculture et le ministère de la Ville à travers l'Agence Nationale de Rénovation urbaine.

À Sens : le concept japonais de micro-forêt au pied des tours

Il y a d'abord le projet du "jardin Corneille" à Sens, un projet de micro forêt qui doit être installée sur une friche, aux Champs plaisants.  "La micro forêt est une méthode qui a été inventée par un Japonais qui s'appelle Miyawaki, qui imite tous les avantages d'une forêt, sauf qu'elle met beaucoup moins de temps à être mature. Elle met entre un an et demi et deux ans, elle nécessite très peu de maintenance, très peu d'entretien et elle offre tous les avantages d'une forêt, c'est à dire stocker du CO2, favoriser la biodiversité, de façon à ce qu'il y ait des papillons et des vers de terre et toute une vie. Vous savez, quand vous êtes autour d'une micro forêt, la température est abaissée de 1, 2, voire 3 degrés. Donc, il y a quand même aussi cette fraîcheur qui existe, ces feuilles qui bougent... La nature en plein milieu des tours, quoi !", explique Amine Hiridjee, adjoint au maire chargé de la transition écologique et solidaire. Il est particulièrement heureux de pouvoir monter un projet positif, inédit, qui peut améliorer l'image d'un quartier parfois mal-aimé ou dévalorisé : "on voulait trouver quelque chose qui soit la fierté des habitants. Et l'idée de la micro forêt nous est apparue immédiatement, car on est au milieu de tout, on est au milieu de beaucoup de béton". 

Grace au programme "Quartiers fertiles", le projet du jardin Corneille va disposer d'une coquette somme de plus de 300.000 euros, mais les aménagements ne devraient pas débuter avant 2023 "pour coïncider avec le réaménagement du quartier", explique Amine Hiridjee.

À Joigny : des jardins ouvriers et des légumes bios pour les cantines

300.000 euros, c'est la somme également que va toucher la mairie de Joigny pour mener à bien son projet de jardin maraîcher d'insertion. Un projet qui doit permettre de cultiver des fruits et des légumes pour les restaurants scolaires tout en permettant le retour à l'emploi d'une quinzaine de personnes. "La ville de Joigny a mené depuis un an une politique de préemption foncière pour racheter des jardins qui étaient à l'abandon, des terrains non constructibles. L'enjeu, c'est de permettre à une entreprise d'insertion de s'installer à Joigny pour produire des fruits et légumes bio qui ont pour vocation d'alimenter nos cantines scolaires du premier degré. Tout cela va être graduel, mais à terme, on pourrait remettre à l'emploi 15 à 20 personnes", explique Nicolas Soret, le maire de Joigny.

La deuxième partie du projet consiste à créer ou recréer des jardins ouvriers ou jardins privés pour les habitants. "Nous avons à Joigny une longue liste d'attente de gens qui nous disent qu'ils souhaiteraient avoir un petit lopin de terre pour avoir leur propre jardin et faire leur propre production", ajoute l'élu.

15 millions d'euros pour 48 projets dans toute la France

Au total, dans toute la France, 48 projets ont été récompensés dans cette deuxième vague de lauréats. Ils se partagent un total de 15 millions d'euros. Soit environ 300.000 euros par projet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess