Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réchauffement climatique : l'ONF teste la plantation d'arbres méridionaux à Joigny

-
Par , , France Bleu Auxerre

Alors que les forêts de l'Yonne souffrent plus que jamais de la sécheresse et des canicules à répétition, l'Office National des Forêts (ONF) lance une expérimentation intéressante : des espèces du sud-ouest de la France et de Turquie vont être plantées à Joigny pour anticiper le réchauffement.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Josselin Clair

C'est une expérimentation qui a de quoi surprendre  : entre 3 000 et  5 000 arbres vont être plantés dans la forêt communale de Joigny d'ici le printemps prochain.  Mais ces arbres sont des espèces originaires du sud-ouest de la France et de Turquie. L'objectif de l'ONF, l'office national des forêts, est d'anticiper le réchauffement climatique des prochaines décennies.  

Car les experts constatent que les arbres de nos forêts souffrent des épisodes de sécheresse et des canicules à répétition de ces dernières années, notamment les résineux : "les épicéas subissent des attaques d'insectes dont la cause première est le réchauffement climatique", explique Marc Lefauvre, le directeur de l'agence Bourgogne Ouest de l'ONF. "C'est vrai aussi pour les essences de feuillus, en particulier les chênes. Pas encore dans l'ouest bourguignon mais dans l'Allier ou le Loiret, les grandes forêts domaniales à base de chênes dépérissent", poursuit l'expert., qui n'imagine pas le phénomène s'arrêter comme ça : "dans quelques décennies, on projette un climat local plus chaud, et probablement plus sec. C'est pour cela qu'on veut implanter à Joigny des chênes de Turquie et du sud-ouest de la France,  parce qu'on imagine que  d'ici 30, 40 ou 50 ans, le climat sur l'ouest bourguignon pourra être similaire à celui qu'il y a actuellement dans le sud-ouest de la France. On pense que ces arbre-là tiendront le choc, mais c'est un essai".

Les épicéas attaqués par la secheresse à Merry-la-Vallée
Les épicéas attaqués par la secheresse à Merry-la-Vallée © Radio France - Thierry Boulant

Yonne et Nièvre : premiers producteurs de chênes en France

Les départements de l'Yonne et de la Nièvre sont les premiers producteurs de chênes en France, d'où l'importance de cette expérimentation. C'est une ressource très importante, aussi bien d'un point de vue financier qu'au niveau de l'environnent, et les sécheresses consécutives pourraient la mettre en danger. "Pour l'instant, on ne constate pas de problèmes de dégradation de santé des chênes, mais on sait très bien qu'il y a eu, depuis 3 ou 4 ans, de nombreuses sécheresses et trois épisodes caniculaires très marqués en 2018, 2019 et 2020. Et on sait que la réponse des chênes à ces difficultés n'est pas immédiate, contrairement aux résineux, aux sapins, qui vont tout de suite dépérir après une sécheresse, les chênes vont développer les signes", note Marc Lefauvre.

30 ou 40 ans pour savoir

Selon l'ONF, il faudra en effet attendre 30 ou 40 ans pour savoir si ces arbres issus de Turquie et du sud-Ouest pourront s'adapter dans notre département. "On essaye d'anticiper avec des essais au long cours, même si actuellement, il n'y a pas de crise avérée sur la situation sanitaire des chênes", conclut le spécialiste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess