Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retour des néonicotinoïdes dans les champs de betterave : les apiculteurs d'Occitanie manifestent

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

À la veille du vote au Sénat pour la réintroduction des néo-nicotinoïdes dans la culture de la betterave, le syndicat des apiculteurs d'Occitanie et les Faucheurs Volontaires d'OGM ont manifesté ce lundi devant les grosses usines de pesticides de Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne.

Les apiculteurs considèrent que l'enjeu des néonicotinoïdes dépasse les abeilles.
Les apiculteurs considèrent que l'enjeu des néonicotinoïdes dépasse les abeilles. - Syndicat des apiculteurs d'Occitanie

Le Syndicat des Apiculteurs d’Occitanie et Les Faucheurs Volontaires d’OGM ont manifesté ce matin en Haute-Garonne et dans le Tarn-et-Garonne pour dénoncer l’industrie des pesticides. Ils se sont rassemblés devant les usines de plusieurs  firmes agrochimiques : Bayer-Monsanto à Monbéqui au sud de Montauban, BASF à Colomiers et Syngenta à Saint-Sauveur au nord de Toulouse. Dans l'actualité, le débat sur la ré-autorisation des néonicotinoïdes sur la betterave à sucre. Les sénateurs doivent confirmer cette loi ce mardi.

Un enjeu "qui dépasse les abeilles"

Les apiculteurs et les faucheurs ont notamment déployer une sorte de cheval de Troie haut de trois mètres pour symboliser le débat. Ils considèrent que la petite fenêtre rouverte va se transformer en boulevard dans lequel les grandes compagnies vont s'engouffrer. 

Ce mardi, les sénateurs doivent examiner à leur tout le texte qui autorise, à titre dérogatoire, les producteurs de betteraves à sucre à utiliser jusqu'en 2023 des semences traitées avec des pesticides de la famille des néonicotinoïdes, interdits depuis 2018. Les apiculteurs dénoncent depuis des années les méfaits de ces néonicotinoïdes arguant que "seulement quelques nanogrammes suffisent à tuer les abeilles" mais aussi que la santé humaine est en jeu. Plusieurs études ont démontré un lien entre une exposition chronique à ces produits et des conséquences neurologiques ou sur le développement du fœtus comme l’autisme et des troubles de la mémoire.

Début octobre, les députés avaient validé le retour controversé des néonicotinoïdes pour sauver la filière betterave, vote marqué par un record de contestataires dans le groupe LREM. En Haute-Garonne, le député En Marche Pierre Cabaré s'y était opposé tandis que ses collègues de la majorité Jean-François Portarrieu et Élisabeth Toutut-Picard s'étaient abstenus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess