Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

VIDÉO - Saint-Martin-la-Plaine : les lionceaux recueillis s'envolent pour l'Afrique du Sud

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Les quatre lionceaux recueillis depuis un an à l'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine sont sur le départ : ils prennent l'avion ce jeudi matin pour rejoindre une réserve de félins en Afrique du sud.

Les petits lions ont retrouvé la forme et ont bien grandi.
Les petits lions ont retrouvé la forme et ont bien grandi. © Radio France - Tifany Antkowiak

Saint-Martin-la-Plaine, France

Après plusieurs mois de convalescence à l'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine (Loire), les quatre lionceaux recueillis ces derniers mois par l'association Tonga Terre d'Accueil quittent définitivement la Loire ce jeudi. Ils prennent l'avion pour rejoindre une réserve de félins en Afrique du Sud.

36 heures de vol

Ils vont d'ailleurs retrouver deux autres lions français déjà sur place, deux félins qui eux aussi avaient été recueillis après avoir été détenus illégalement. Les lionceaux arrivés ces derniers mois à Saint-Martin-la-Plaine ont été retrouvés dans différentes villes de France, à Marseille et Paris notamment. "On est dans un effet de mode, on a de plus en plus d'animaux exotiques chez des particuliers", se désolé Arnaud Lhomme, responsable des enquêtes à la fondation 30 millions d'amis. "En l'espace d'un mois on en est à dix primates récupérés", ajoute-t-il, en citant aussi le récent exemple de la panthère vue sur les toits d'Armentières, dans le Nord. 

Quand les animaux sont récupérés par les associations de défense des animaux, ils sont souvent dans des états critiques. C'était le cas des lionceaux arrivés à Saint-Martin-la-Plaine à l'automne et l'hiver 2018. Le vétérinaire de l'association explique que pour l'un des lionceaux, s'il avait été trouvé une semaine plus tard, il serait certainement mort.

Un an plus tard, les lionceaux ont retrouvé la forme et s'apprêtent donc à découvrir un nouvel environnement. "Il y a un énorme enclos qui les attend à la réserve de Shamwari avec de la végétation naturelle, énormément d'endroits pour se cacher, des endroits où prendre un bain de soleil, il y a un bassin d'eau", explique Maggie Balaskas, qui s'occupe du sauvetage des animaux au sein de Born Free, la fondation qui va désormais veiller sur les lionceaux dans son espace à la réserve de Shamwari Game à côté de Port Elizabeth, en Afrique du Sud. Dix lions et trois léopards sont déjà sur place.

Pincement au coeur

Mais avant de découvrir la réserve, Horus, Dadou, Cerceï et Thea ont un long voyage à parcourir. "Il y a quand même 36 heures de vol", explique Jean-Christophe Gérard, vétérinaire et vice-président de Tonga Terre d'Accueil. 

Il va faire le voyage avec les félins, qui vont rejoindre l'Afrique "chacun dans une caisse, donc il a fallu faire quatre caisses adaptée à chacun pour qu'ils voyagent dans des conditions correctes". Les lionceaux seront en soute de vols commerciaux, avec une escale à Londres et une autre à Johannesburg. Ils seront conscients pendant le voyage puisque leur transfert se faite sans anesthésie, "c'est toujours mieux parce que l'anesthésie c'est toujours un geste un peu à risque", ajoute Jean-Christophe Gérard. 

Le vétérinaire est heureux d'accompagner les lionceaux vers de nouvelles terres mais il est aussi très ému : "c'est des animaux qu'on a récupérés dans un mauvais état, on les a mis sur pieds, on les a élevés au biberon, les soigneurs venaient la nuit encore pour s'occuper d'eux, donc on est super heureux qu'ils partent en Afrique mais on a aussi un pincement au coeur et des larmes dans les yeux, ça nous touche des les voir partir". 

Choix de la station

France Bleu