Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sarthe : pour un atlas de la biodiversité, ils recensent les rapaces autour de La Flèche

-
Par , France Bleu Maine

Dans le cadre de son label Territoire engagé pour la nature obtenu en 2019, la communauté de communes fléchoise mène des recherches de terrain pour créer son atlas de la biodiversité. Il servira à mieux préserver la faune et la flore de ces 14 communes du Sud Sarthe.

Parmi les quatre rapaces nocturnes recherchés, la chouette effraie des clochers. (image d'illustration)
Parmi les quatre rapaces nocturnes recherchés, la chouette effraie des clochers. (image d'illustration) © Maxppp - STEPHEN DALTON

La communauté de communes du Pays fléchois veut mieux connaitre sa biodiversité. Pour son label Territoire engagé pour la nature (TEN) obtenu en 2019, elle travaille sur un atlas de sa faune et de sa flore. Son élaboration doit durer deux ans.

Une équipe du Centre d'initiative pour l'environnement (CPIE) va à la rencontre des rapaces nocturnes. Elle était à La Fontaine-Saint-Martin, au nord-est de La Flèche, jeudi 26 mars 2021.

Un travail minutieux

Pour tenter de recenser les oiseaux, Alexandre Demarquet et Bleuène Coatanroch, du CPIE, se donnent rendez-vous à la tombée de la nuit, vers 20h, place de la mairie, au centre du bourg de la Fontaine-Saint-Martin. 

Alexandre a un BTS en gestion et protection de la nature et Bleuène est en service civique pour faire le lien avec les habitants du territoire. "J'ai tout appris sur le tas, en faisant, par passion", souligne Alexandre.

Alexandre Demarquet, Bleuène Coatanroch et le maire de La Fontaine-Saint-Martin, Christophe Libert, repèrent les trois points d'observation sur une carte, jeudi 25 mars 2021.
Alexandre Demarquet, Bleuène Coatanroch et le maire de La Fontaine-Saint-Martin, Christophe Libert, repèrent les trois points d'observation sur une carte, jeudi 25 mars 2021. © Radio France - Clémentine Sabrié

Accompagnés du maire de la commune, Christophe Libert, ils suivent un petit chemin en terre et s'installent au premier point d'observation, à une centaine de mètres du bourg, entre un champ et quelques bosquets. 

Avant de débuter l'observation, Alexandre et Bleuène notent plusieurs paramètres de l'environnement, notamment la température, les nuages, la présence de bois ou de bâtis.

Quatre rapaces nocturnes recherchés

Aux trois points d'observation, l'équipe suit un protocole élaboré au niveau national. Elle diffuse une bande son de huit minutes pour repérer quatre rapaces nocturnes : la chouette chevêche, le hibou moyen duc, l'effraie des clochers et la chouette hulotte.

L'enregistrement se découpe en deux minutes de silence, suivies de pistes de 30 secondes de cri par oiseau, entrecoupées par des silences de 30 secondes pour laisser le temps aux véritables rapaces de répondre. Il se termine par deux minutes de silence.

L'effraie est juste au-dessus de nous.

"Juste après que le moyen-duc soit passé, on a eu un cri d'effraie, malheureusement pas de moyen-duc, mais on a eu l'effraie deux fois", explique Alexandre qui a tout noté dans un tableau. Une chouette chevêche s'est également fait entendre. "L'effraie est juste au dessus de nous, c'est l'ombre dans le ciel", montre le scientifique. Les autres secouent la tête. Il faut avoir une vue et une ouïe aiguisées pour ce type d'observations.

Mieux connaître le territoire pour "éviter de faire des bêtises"

L'inventaire sera refait au mois de mai pour les rapaces nocturnes de La Fontaine-Saint-Martin. Les équipes du CPIE doivent le faire dans chacune des 14 communes du territoire fléchois. Elles doivent aussi recenser d'autres animaux, des insectes et des plantes.

Une fois l'atlas de la biodiversité terminé, en 2023, il permettra de mieux préserver l'environnement de la communauté de communes fléchoise. "Cela va nous servir pour rédiger nos documents d'urbanisme en fonction des espèces présentes et nous éviter de faire des bêtises", souligne Nicolas Chauvin, vice-président de la communauté de communes en charge de l'environnement. 

Sensibiliser les habitants

Les habitants de la communauté de communes fléchoise peuvent également participer à l'élaboration de l'atlas de la biodiversité. Il leur est par exemple possible de devenir un "observ'acteur" de la CPIE et d'observer et de noter la faune et la flore qui les entourent, selon un protocole.

Un grand axe du label TEN est la prévention et la sensibilisation. Des animations sont donc organisées dans chacune des 14 communes. Par exemple, des sorties à la recherche des reptiles, l'observation de papillons ou la fabrication d'un gîte pour les chauve-souris. Ces activités sont recensées dans l'agenda de la CPIE.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess