Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse : "C'est une crise sanitaire grave", alertent les propriétaires forestiers privés dans l'Yonne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu

Le président du syndicat des propriétaires forestiers privés de Bourgogne lance un cri d'alarme : nos forêts sont malades. La sécheresse fragilise les arbres, surtout les épicéas, ravagés par les scolytes depuis plusieurs années. "On est dans un état d'urgence", prévient Hugues de Chastellux.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Alexandre MARCHI

Les forêts icaunaises souffrent. Depuis quelques années, avec les épisodes de sécheresse répétés, les arbres du département sont fragilisés. Cela concerne le chêne, le frêne, et surtout l'épicéa, ravagés par les scolytes. Ces insectes, qui prolifèrent avec les conditions climatiques extrêmes, creusent des galeries dans le bois et se nourrissent de la sève. Cela conduit à la mort de l'arbre. "C'est une crise sanitaire, on est dans un état d'urgence", prévient Hugues de Chastellux, président du syndicat des propriétaires forestiers privés de Bourgogne. 

"On est très inquiets"

Effectivement, dans l'Yonne, en 2019, ces propriétaires ont récolté un million de mètres cubes d'épicéas scolytés. "Et depuis quelques mois le Morvan est intégralement touché par cette crise. On est très inquiets, et surtout les propriétaires ne savent pas ce qu'il faut faire." Cette prolifération des scolytes a un impact direct sur l'activité des propriétaires forestiers privés. "Les prix se sont complètement effondrés. Un épicéa qu'on vendait 50 euros le mètre cube il y a trois ans on le vend aujourd'hui entre cinq et dix euros. L'utilisation du bois n'est plus la même. Désormais elle part vers les usines de pâte à papier. On envoie des trains entiers vers le Sud-Ouest et cela fait chuter les cours. C'est une opération à perte." 

Face à un tel fléau, il n'y a pour l'instant aucune solution. "On ne sait pas quelle essence mettre à la place, explique, impuissant Hugue de Chatellux. Est-ce qu'il faut laisser l'épicéa reprendre en régénération naturelle ? Aujourd'hui il y a beaucoup d'études en cours pour tenter de résoudre le problème mais c'est encore trop tôt pour trouver des alternatives." Pour anticiper le réchauffement climatique, l'Office national des forêts va lancer à Joigny, dans l'Yonne, une expérimentation au printemps. Il va planter des chênes venus du Sud-Ouest de la France et de Turquie, pour savoir s'ils résistent mieux que les arbres icaunais à la sécheresse. 

Un arbre touché par le scolyte (illustration)
Un arbre touché par le scolyte (illustration) © Maxppp - Collection Watier
Des scolytes
Des scolytes © Maxppp - V. MUNIER
Choix de la station

À venir dansDanssecondess