Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécheresse en Berry : la préfète du Cher prône plus de responsabilité individuelle pour économiser la ressource en eau

-
Par , France Bleu Berry

Catherine Ferrier, la préfète du Cher, appelle à prendre la mesure de la situation dramatique que traverse le Berry concernant la ressource en eau et à arrêter de la gaspiller potable notamment en multipliant les retenues d'eau pluviales privatives.

Catherine Ferrier, préfète du Cher
Catherine Ferrier, préfète du Cher © Radio France - Michel Benoit

"Certains considèrent que leur pelouse est plus importante que l'eau potable." Catherine Ferrier fustige l'utilisation irresponsable des ressources en eau en cette période de sécheresse sans précédent.  Pour la préfète du Cher, on peut parfaitement arroser son jardin en période de sécheresse et les municipalités peuvent entretenir leurs espaces fleuris mais seulement à condition d'anticiper et prévoir des retenues d'eau pluviales dédiées à ce type d'usage ou utiliser des retenues d'eaux usées. Catherine Ferrier en revanche met en garde contre l'utilisation de la ressource collective en eau potable "Il faut que chacun considère l'eau comme un bien très rare" insiste-t-elle pour faire face à une situation dramatique et qui devrait être amenée à se reproduire de plus en plus à l'avenir en raison du dérèglement climatique.

Pénurie d'eau potable ?

Catherine Ferrier a par ailleurs confirmé que certaines communes sont proches de ruptures en approvisionnement d'eau potable "Le problème est double : des nappes phréatiques à des niveaux au plus bas qu'on ait jamais historiquement connus et puis on a des fuites dans les canalisations d'eau potable. Donc oui il y a des risques de rupture d'eau potable. _Un risque sérieux pour 8 communes, et élevé pour une vingtaine._" La préfecture a anticipé et les distributeurs d'eau ont normalement des réserves pour faire face mais ce scénario n'est pas encore envisagé dans l'immédiat. 

Reconnaissance de Calamité agricole

Catherine Ferrier a salué la responsabilité des agriculteurs qui ont "joué le jeu" pour réglementer l'irrigation, la préfète assure que les dossiers de calamité agricoles suivent leurs cours et que des soutiens seront apportés avant la reconnaissance de cet état de calamité. "Le ministre a annoncé un _système d'exonérations de taxes foncières non-bâties presque automatique__. On aura dès le départ des facilités pour eux (les agriculteurs), et ensuite des systèmes d'avances de trésorerie_ en attendant les dossiers de calamité agricole"

Sur le dossier d'étanchéisation du Canal de Berry, la préfète regrette que ces travaux n'aient pas été anticipé par le passé et si des aides de l'Etat sont envisageables sur ce chantier, elles se feraient au détriment d'autres investissements.

Plus globalement Catherine Ferrier prévoit et prévient qu'il va "falloir changer de paradigme dans certains endroits". La préfète considère que des activités comme le golf, par exemple, ne sont pas prioritaires sur l'exploitation de la ressource en eau potable 

"Quand il y a de la pluie qui tombe on la retient." insiste-t-elle. L'investissement pour la mise en place de retenues d'eau de la part de professionnels publics privés ou même de particuliers semble donc, selon elle, la meilleure réponse à apporter pour économiser les ressources d'eau potable.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess