Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Emballages, tubes de dentifrice, gourdes, stylos... : des brigades pour recycler ces déchets dans la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

A l'occasion de la semaine européenne de réduction des déchets, coup de projecteur sur les brigades de recyclage qui récupèrent ces emballages et ces plastiques exclus du circuit classique de recyclage. Associations, gite, écoles ou particuliers : la Loire compte 48 points de collecte.

Barilla, qui a racheté Harrys en 2007, finance le recyclage des emballages de pain de mie de toutes les marques.
Barilla, qui a racheté Harrys en 2007, finance le recyclage des emballages de pain de mie de toutes les marques. - DR

Craintilleux, France

Chez Caroline Bissardon, à Craintilleux, ça a commencé avec les capsules de café. "On en passe bien 4 à 6 par jour, commente cette mère de deux enfants. On s'est dit qu'on pouvait peut-être en faire quelque chose". 

Il faut dire que dans cette pétillante famille, moins on en met dans la poubelle, mieux on se porte. "Les enfants nous demandent dans quelle poubelle va tel déchet, et si ça doit vraiment être jeté. Quand on ne sort pas la poubelle à la fin de la semaine, c'est une petite victoire", explique la jeune femme qui est ainsi tombée sur le site internet de TerraCycle, entreprise américaine spécialisée dans le traitement de ces déchets traditionnellement exclus des poubelles jaunes. 

Sa stratégie : nouer des partenariats avec de grandes marques pour qu'elles financent la transformation de ces déchets en granulats de plastiques qui serviront à fabriquer de nouveaux objets. Mystère sur ce que ça coûte à Unilever, Barilla, Bic , Good Goût ou Nestlé mais ça leur fait un bon coup de pub. "Ça les rend plus vertes mais sans ces entreprises ce ne serait pas rentable", explique Apolline Sabaté, qui représente TerraCycle en France.

Dentifrices, stylos, sachets de pain de mie et bâtons de sucette

Voilà comment le sou des écoles de Craintilleux s'est retrouvé à aligner les cartons pour collecter aussi tous les emballages de pain de mie et autres viennoiseries industrielles de toutes les marques (pas seulement ceux de la marque qui sponsorise le recyclage), comme la maternelle Beauregard à Montbrison, ou encore celle Marcilly-le-Châtel. C'est ainsi également qu'une dentiste de Lorette rassemble les dentifrices et brosses à dents à son cabinet de la rue Jean-Jaurès. Sans oublier les points de collecte des stylos, feutres et autres instruments d'écriture : à l'école Charles Perrault de Feurs, à la maternelle du Grand Clos à Saint-Etienne ou encore à la Biocoop de Firminy. Des chambres d'hôtes du Pilat sont même de la partie, Aux sources de Lugus, à Véranne ! TerraCycle recense 48 lieux de collecte dans la Loire participant à onze programmes de valorisation.  

En Haute-Loire, citons Sur les chemins de l'Espoir, au Monteil. L'association qui aide des malades à financer des soins coûteux est particulièrement active pour récolter notamment gourdes de compotes, emballages de colle et adhésifs et sachets de pains au lait. Pour récupérer des instruments d'écriture, des élèves du lycée Simone Weil du Puy-en-Velay et du Pôle La Chartreuse lui donnent un coup de main.

Car les différentes brigades atteindre des poids minimum pour pouvoir renvoyer les déchets et les convertir en points, eux-mêmes transformables en euros au bénéfice d'associations.

Un centime par stylo

Il se monte en ce moment des points de collecte pour récupérer les bâtons de sucettes et les emballages plastiques de ces bonbons.  Tout le monde peut en organiser en s'inscrivant sur le site, à condition d'être assez disponible et d'avoir la possibilité de laisser un carton accessible selon des heures d'ouvertures. Pour ce déchet-là, il faut rassembler au minimum 200 grammes de bâtons et emballages de sucettes (de toutes les marques), pour faire un premier colis. Le contenu sera stocké dans un entrepôt à Troisvilles (Nord) avant broyage une fois assez de tonnes réunies. Deux cents grammes donnent droit à 20 points, soit 20 centimes au bénéfice de n'importe qu'elle association pourvue qu'elle soit déclarée. Les "tarifs" varient selon les programmes : pour les stylos et autres feutres, à partir de 20 kilos, chaque unité rapporte un centime. TerraCycle dit ainsi avoir reversé plus de 290 000 euros aux associations dans le cadre de ce programme, un des plus anciens.

En 2018, chaque habitant de la Loire a trié en moyenne 68 kg d'emballages, dont 26 de verre et 24 de papiers. Depuis 1972, les ordures ménagères sont enfouies à Roche-la-Molière, dans la décharge de Borde-Matin, où Suez peut enterrer des centaines de milliers de tonnes jusqu'en 2053

Quant à la famille Bissardon, elle réfléchit surtout à changer de cafetière, histoire de ne plus utiliser de capsules. Le meilleur déchet, c'est encore celui que l'on ne produit pas. 

Une grande place est d'ailleurs accordée aux ateliers de récup' et au "fait-maison" parmi les actions proposées dans la Loire et la Haute-Loire pour animer cette semaine européennes de réduction des déchets.

Comment le sou des écoles de Craintilleux s'est lancé dans le recyclage de plusieurs sortes de déchets

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu