Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Soupçons d'amiante à St-Paul-et-Valmalle : "Après le confinement, on est confinés une deuxième fois"

-
Par , France Bleu Hérault

À Saint-Paul-et-Valmalle (Hérault), les riverains d'un ancien poulailler qui a pris feu le 5 juin sont très inquiets. Ils craignent pour leur santé à cause de la présence d'amiante dans la toiture. Ils ont créé un collectif pour avoir des réponses aux questions qu'ils se posent.

Le panneau installé à l'entrée du terrain a de quoi inquiéter les riverains
Le panneau installé à l'entrée du terrain a de quoi inquiéter les riverains © Radio France - Salah Hamdaoui

Il y a du désarroi et de l'inquiétude. Certains habitants de Saint-Paul-et-Valmalle ne savent plus vraiment à quel saint se vouer depuis l'incendie de l'ancien poulailler tout près de chez eux, le 5 juin. En fait, il a pris feu une première fois il y a six ans et, à l'époque déjà, les riverains craignaient pour leur santé à cause de la présence d'amiante dans la toiture. Comme rien n'a été fait, cette fois ils ont créé un collectif pour se faire entendre. 

Après le confinement, on est confinés une 2e fois puisqu’on ne peut plus profiter de l'arrière de nos maisons, avec nos piscines, nos jardins. Que quelqu'un nous dise si ou ou non, c'est dangereux  (Françoise Alma)

C'est la toiture du bâtiment désaffecté qui est suspecte, elle serait en fibro-ciment des années 70 et donc contiendrait de l'amiante. Même si elle est remise de ses émotions, Françoise Alma a eu la peur de sa vie le jour de l'incendie, et aujourd'hui c'est la présence "d'intrus" qui lui pose un sérieux problème : "on a eu des débris de la toiture dans nos jardins, dans nos piscines et des poussières partout. On ne sait plus quoi faire !" L'ARS a demandé aux propriétaires de faire le nécessaire pour "nettoyer les dégâts occasionnés" chez elle.

Un panneau : danger amiante

L'Agence régionale de santé (ARS) a demandé aux propriétaires de l'ancien poulailler defaire analyser les particules en suspension, ce qui a été fait par l'APAVE. Résultat négatif. De quoi dérouter Danielle Lauzière une autre voisine. "Est-ce que c'est danger, est-ce que c'est pas danger ? On ne sait plus qui croire. Sauf que de chaque côté de ce terrain, il y a des rubans rouges et blancs et un panneau : danger amiante."

Analyses de l'air négatives

Comme tous les autres, Patrick Montaurcy n'ose pas toucher aux débris qui ont atterri chez lui le jour de l'incendie. Il est d'autant plus inquiet que son fils a été intoxiqué par les fumées. Mis sous oxygène pendant une heure à l’hôpital. "Est-ce qu'il n' pas inhalé de l'amiante? Et dans le futur, est-ce que ça ne vas pas nous impacter dans notre santé ?" Ce qui est sûr, c'est qu'il "ne jouit plus de la piscine, ni de la terrasse" et dans la famille, tout le monde a arrêté de passer par l'arrière de la maison, le côté où a eu lieu l’incendie.

Tous sont d'accord pour reprocher au maire son manque d'implication voire son immobilisme, en rappelant qu'un des propriétaires est un de ses adjoints.

Les débris de toiture qui ont été atterri autour et dans la piscine des Alma
Les débris de toiture qui ont été atterri autour et dans la piscine des Alma © Radio France - Salah Hamdaoui
L'ancien poulailler qui a pris feu deux fois en 6 ans
L'ancien poulailler qui a pris feu deux fois en 6 ans © Radio France - Salah Hamdaoui
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu