Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales aux Déserts : sous la pression, le maire ajourne les travaux et renonce au second tour

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Rebondissement entre les deux tours des élections municipales aux Déserts, village des Bauges, au-dessus de Chambéry, dont dépend la station de ski de la Féclaz. Le maire sortant remet le grand chantier de contournement à avril 2021. Il jette l'éponge.

Le tout début du chantier bloqué
Le tout début du chantier bloqué - DR

Comment mener des travaux qui engagent une commune alors qu'on ne connaît pas le verdict d'élections municipales suspendues pendant trois mois ? Quel projet de développement pour des stations de ski de moyenne montagne en proie à la pénurie de neige ? Ce projet de contournement ajourné est bien plus qu'un aménagement de voirie. 

La lassitude du maire 

Autour d'un million d'euro, le chantier qui s'accompagne d'une passerelle de 40 mètres pour les skieurs est la tête de pont de la rénovation de la station de la Féclaz spécialisée dans le ski nordique, et d'une retenue collinaire qui doit pallier l'absence de neige. 

"Je n'ai aucun intérêt personnel. Alors que les opposants en ont beaucoup." - Michel André, maire des Déserts

Ces projets colossaux sont engagés par Michel André, déjà élu à deux reprises mais qui se retrouve dans la tourmente. Arrivé en troisième position au soir du premier tour des élections municipales avec 20 % des suffrages, il jette l'éponge ainsi qu'il le confie à France Bleu Pays de Savoie : "C'est une lassitude. J'aime beaucoup La Féclaz. Les habitants m'énervent un peu. Je vais partir en vacances, visiter le monde. Moi je n'ai aucun intérêt personnel alors que les opposants en ont beaucoup beaucoup beaucoup..." 

Sa grande tranchée est devenue une guerre de tranchée qu'il ne veut plus mener personnellement. Cette opposition est le symptôme "d'un repli identitaire du village. Moi je suis quelqu'un d'ouvert. Pendant le confinement, je n'ai pas arrêté d'être sollicité par des locaux qui dénonçaient les non-Savoyards qui venaient occuper leur résidence secondaire. Tout ça ne me plaît pas."

Michel André quand il était maire des Déserts
Michel André quand il était maire des Déserts © Radio France - Christophe Van Veen

Pourquoi cet ajournement ?

Le contournement a été pensé dès 2015, dès le début du second mandat de Michel André, avant d'être déclaré d'utilité publique par le préfet de Savoie en 2019. 

Le chantier a débuté en plein confinement, au ralenti. Dès le 13 mai, une cinquantaine d'opposants sont venus occuper le site. "Une poignée de riverains dont certains n'ont que des résidences secondaires ici, et qui défendent leur pré carré en bloquant un projet d'utilité publique" lâche Michel André. 

Quand on demande alors à l'élu pourquoi la force publique n'a pas été employée, il répond que "la préfecture avait d'autres chats à fouetter pendant le confinement. Nous avons porté plainte. Des huissiers ont fait des constats."   

Entre le confinement et l'action des riverains, le bilan était de six semaines de retard. Les pelleteuses allaient pourrir la saison estivale. Le maire a donc écrit à Eiffage pour repousser d'un an ce chantier. "Chaque journée d'occupation du chantier a coûté 4.000 euros de pénalité à la commune". Le maire donne sa version du dilemme pour ses successeurs : "Soit vous annulez le chantier et la commune perd 500.000 euros, pour obtenir rien. Soit vous rajoutez 300.000 euros et vous avez un contournement et un centre de la station de La Féclaz qui devient piéton."

Le chantier sur la Féclaz
Le chantier sur la Féclaz - DR

Une victoire pour les opposants

L’ajournement est accueilli comme une victoire par les associations qui s'y opposent, notamment "Féclaz Sport et nature".  L’occupation du chantier dès le début a porté ses fruits.

"C'est une très bonne nouvelle"  souligne Sandra Ferrari arrivée en tête du premier tour des municipales avec sa liste Vivre Les Déserts. Elle avait écrit au préfet pour demander la suspension des travaux. "On ne peut pas engager l'avenir de la commune avant d'avoir le résultat des élections. D'autant que nous n'avons pas connaissance des détails du dossier, surtout sur le volet financier. On risquait aussi d'avoir un contournement qui s'arrête aux deux tiers car tout le foncier n'est pas disponible. Nous n'avons vu que la partie émergée de l'iceberg. Clairement, il était urgent d'attendre."

"Il était urgent d'attendre. On ne connaît pas tous les détails de ce chantier." - Sandra Ferrari candidate aux Déserts

La musher renommée se défend de tactique politique. "On n'a jamais eu l'intention de renverser la table ou de faire échouer les projets d'une équipe municipale." 

Le chantier venait de commencer
Le chantier venait de commencer - DR

Quand le maire sortant invoque cinq réunions publiques d'information, Sandra Ferrari dénonce des leurres : " Quand, dans ces cinq réunions, votre population vous fait part de son mécontentement et que vous n'en tenez pas compte, il ne faut s'étonner qu'il y ait ce genre de mobilisation. Nous n'avons pas besoin d'affrontements. Il nous faut retrouver du calme et de la sérénité. Et du dialogue. Surtout que notre priorité est notre avenir économique après le Covid-19. Nous avons tous tellement souffert de l'arrêt d'activité. On ne peut pas engager autant de dépenses sans consensus. Et je le répète, débuter ce chantier pendant le confinement n'était pas du tout la priorité." 

La candidate ne cache pas qu'elle n'était pas favorable à ce projet. Elle estime qu'il existe d'autres solutions moins coûteuses. Mais elle ne dit pas non plus que le chantier ne se fera pas si elle est élue. Il est évident pour elle que ce projet sera au minimum débattu, repensé et éclairci. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu