Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Strasbourg : une dizaine de séismes en trois jours, la cause pourrait être humaine

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Une dizaine de micro-séismes ont été enregistrés à Strasbourg ces trois derniers jours avec des magnitudes comprises entre 1 et 2. Ils étaient localisés dans la même zone que le séisme du 12 novembre.

Enregistrement d'un séisme ressenti à l'institut physique du globe de Strasbourg.
Enregistrement d'un séisme ressenti à l'institut physique du globe de Strasbourg. © Maxppp - Jean-Marc Loos

Strasbourg, France

La terre continue de trembler à Strasbourg. Selon le Réseau national de surveillance sismique, une dizaine de micro-séismes se sont produits du vendredi 6 au dimanche 8 décembre. Les magnitudes étaient comprises entre 1 et 2, ce qui est très faible et "cela ne pose pas de souci parce que ces séismes sont très peu perceptibles et n'ont pas d'effets sur les bâtiments" assure Jérôme Vergne, sismologue à l'institut physique du globe de Strasbourg.

Depuis le séisme du 12 novembre d'une magnitude de 3,1, une question taraude les scientifiques : quelle est l'origine de ces séismes ? La piste des activités humaines est privilégiée et notamment celle de la géothermie. L'entreprise Fonroche, située à Vendenheim sur l'ancienne raffinerie de Reichstett, est pointée du doigt. L'État lui a demandé de suspendre ses travaux de forage. 

"Il y a une concomitance dans le temps de ces événements sismiques avec les opérations de géothermie et une concomitance dans l'espace. Et cela a été observé au niveau d'autres sites où il y avait des activités de géothermie profonde et d'injection de fluide" précise Jérôme Vergne. Mais l'hypothèse d'un séisme dit "naturel" n'est pas exclue non plus par les scientifiques du CNRS. Les résultats de leurs analyses ne seront pas connues avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu