Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tempête Xynthia : un outil pour prévoir et prévenir les conséquences d'une submersion marine

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu
La Rochelle, France

Dix ans après la tempête Xynthia, les élus et les pouvoirs publics disposent d'un outil pour prévoir les submersions marines et leurs conséquences. Survey 17 est une application web développée en Charente-Maritime. A la fin de l'année, elle tournera en temps réel, sur une tempête en approche.

Aytré, route de la plage après la tempête Xynthia le 01/03/2010
Aytré, route de la plage après la tempête Xynthia le 01/03/2010 © Maxppp - Xavier Léoty

Dix ans après la tempête Xynthia, on peut désormais prévoir les conséquences d'une surélévation du niveau de la mer en Charente-Maritime. Survey 17 est une application web développée à Périgny près de La Rochelle par l'UNIMA, l'Union des Marais de Charente-Maritime. Elle doit permettre d'anticiper les conséquences d'une tempête pour en limiter les effets. 

Survey 17 permet d'évaluer les zones submergées selon les données de la tempête  - Aucun(e)
Survey 17 permet d'évaluer les zones submergées selon les données de la tempête - Unima

"Si Xynthia se reproduit demain, on saura prendre les dispositions qui vont permettre de sauver des vies" affirme Jean-Louis Léonard, le président de l'Unima, il est aussi maire de Châtelaillon dont dépend une partie du village des Boucholeurs durement touché par la tempête Xynthia. Elles découleront des cartes produites par Survey 17. Aujourd'hui l'application est capable de comparer une tempête en approche, avec l'une des 6 tempêtes historiques depuis 1924 en Charente-Maritime (1924, 1940, 1941, 1957, 1999 et 2010). 

Prévoir les conséquences 6 heures avant l'arrivée de la tempête 

A la fin de l'année 2020, Survey 17 tournera "en direct", avec les éléments sur la tempête approchant : _"_la marée, la direction du vent, les vitesses seront intégrées dans l'application dès que météo france nous fournira les éléments" explique Bernard Medved, responsable du bureau d'étude de l'Unima. Survey 17 pourra donc prévoir 6 heures avant l'arrivée de l'évènement quelles en seront ses conséquences pour les habitants du littoral. "L'application permettra de dire aux maires, au préfet, ou aux pompiers, à tel endroit vous avez un risque sur une digue, ou à tel autre endroit vous allez avoir des vagues" détaille Jean-Louis Léonard, le président de l'Unima. Avec les cartes fournies par Survey 17, les élus et les pouvoirs publics pourront définir précisément une zone à évacuer pour protéger la population, ou pré-positionner du matériel pour les pompiers, ou du matériel pour combler une brèche sur une digue, et d'agir en urgence.   

On aurait pu sauver au moins les 3/4 des personnes décédées lors de la tempête Xynthia - Jean-Louis Léonard, président de l'Union des Marais de Charente-Maritime. 

Cette application Survey 17 s'ajoute aux dispositifs développés depuis 10 ans pour améliorer la sécurité des populations : "avec la prévision de Météo France qui s'est affinée, avec les plans communaux de sauvegarde, avec les systèmes de surveillance et d'intervention de l'Etat" dit le président de l'Unima, Jean-Louis Léonard. Il affirme même "avec tous ces dispositifs, on aurait pu sauver au moins les 3/4 des personnes disparues pendant la tempête Xynthia". 

Cout du développement de l'application Survey 17 : 670 000 euros. La Charente-Maritime a fait le choix de le confier à l'Unima, un Syndicat Mixte plutôt que de s'adresser à une société privée, ce qui aurait couté beaucoup plus cher. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu