Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Haute-Savoie : des chercheurs évaluent le taux de contamination aux microplastiques du lac d'Anterne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Le lac d'Anterne, à Passy en Haute-Savoie, niché à 2000 mètres d'altitude, a reçu la visite ce jeudi d'une dizaine de chercheurs. Ils sont venus tester son taux de contamination aux microplastiques. Cette action est à l'initiative de l'association Aqualti.

L'équipe du projet Plastilac en plein test sur le lac d'Anterne.
L'équipe du projet Plastilac en plein test sur le lac d'Anterne. © Radio France - Luc Chemla

Passy, France

C'est une première en France. Une dizaine de chercheurs est venue jeudi 29 août faire des tests dans le lac d'Anterne, à Passy en Haute-Savoie. L'objectif, connaître son taux de contamination aux microplastiques, de minuscules particules de plastique présentes notamment dans l'air. Et il a tout d'abord fallu s'employer pour y arriver : 45 minutes de 4X4 puis une heure de marche...

L'équipe (à gauche) fait des prélèvements sur les deux hectares du lac. - Radio France
L'équipe (à gauche) fait des prélèvements sur les deux hectares du lac. © Radio France - Luc Chemla

L'équipe est composée d'enseignants chercheurs de l'université Savoie Mont-Blanc, de l'université Paris Est-Créteil et de l'Asters, le Conservatoire d'espaces naturels de Haute-Savoie. Cette expédition est organisée par Aqualti, une association qui organise des missions scientifiques. Cette journée s'inscrit dans le projet "Plastilac", un programme de recherche du taux de microplastiques dans les lacs les plus reculés de l'activité humaine.

Plusieurs méthodes de test

"Si on trouve du microplastique ici, on en trouvera partout" estime Frédéric Gillet, président d'Aqualti. De son côté, Peter Gallinelli, le vice président, alerte : "il est plus que temps d'agir et on aurait dû le faire depuis longtemps. _En tant que navigateur, je suis effaré de voir la quantité de déchets plastiques que l'on trouve partout sur la planète_. Ces déchets sont transportés et se dispersent dans la nature."

À ECOUTER - Notre reportage sur les tests au lac d'Anterne

Pour effectuer les tests, plusieurs méthodes sont utilisées. Au bord du lac, l'équipe s'active pour installer une structure métallique sur deux canoës gonflables."On va installer dessus un filet de 50 microns, cela représente l'épaisseur d'un cheveu, et on racler le lac pendant 30 minutes pour filtrer entre 200 et 300 mètre cube d'eau." explique Frédéric Gillet, le président d'Aqualti.  Certains chercheurs ont une blouse blanche pour éviter que des particules de plastiques, accrochées aux vêtements, tombent dans l'eau. 

Tout ce qui a été récupéré par le filet, lors du test sur le lac, sera analysé en laboratoire.  - Radio France
Tout ce qui a été récupéré par le filet, lors du test sur le lac, sera analysé en laboratoire. © Radio France - Luc Chemla

Au même moment, deux plongeurs sont eux sous l'eau, et elle est à 5 degrés. Ils prélèvent des sédiments, c'est à dire des matières organiques présentes au fond du lac. Parmi eux, Grégory Tourreau, hydrobiologiste. "On a trois zone ciblées pour couvrir toute la surface du lac. Le prélèvement se fait avec un flacon. On l'enfonce dans les sédiments et en avançant il va se remplir progressivement. Un prélèvement est fait toutes les quatre minutes, ce qui correspond à 75 mètres d'espace entre les points". 

Deux plongeurs récupèrent des sédiments au fond du lac.  - Radio France
Deux plongeurs récupèrent des sédiments au fond du lac. © Radio France - Luc Chemla

Johnny Gasperi, enseignant chercheur à l'université Paris Est-Créteil, est à bord du bateau et il ne voulait pas rater cette journée. "Cela va vraiment nous donner une idée de comment ces plastiques se transfèrent des zones de contamination, des zones urbaines,  jusqu'à celles les plus reculées. Ce genre d'étude est très novateur et ça peut devenir une référence, cela va nous permettre de voir ce qu'il en est."

Les résultats connus d'ici début 2020

La dernière méthode est celle de la Jauge Owen. Une sorte de réceptacle a été installé il y a un mois sur le lac pour récupérer d'éventuels dépôts atmosphériques de plastique. Il est temps de le récupérer.

Tous les échantillons vont maintenant être étudiés en laboratoire. Les résultats seront connus d'ici début 2020. Au mois de juin, l'équipe d'Aqualti a effectué les mêmes tests dans le lac de la Muzelle en Isère.

Choix de la station

France Bleu