Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Tours : la 3ème chaufferie biomasse est entrée en service

-
Par , France Bleu Touraine

La 3ème chaufferie biomasse de l'agglomération de Tours, après celle de Saint-Pierre-Des-Corps et de Joué-lès-Tours, a été mise en service ce mardi dans l'ouest tourangeau. Elle apportera du chauffage et de l'eau chaude "propres et durables" à 10 000 équivalents-logements.

L'intérieur de la 3ème chaufferie biomasse de l'agglomération tourangelle
L'intérieur de la 3ème chaufferie biomasse de l'agglomération tourangelle - Valentin Bonjean

Après celle de St Pierre-des-Corps et de Joué-lès-Tours, la 3ème chaufferie biomasse de l'agglomération tourangelle a été mise en service ce mardi 18 février après-midi à Tours dans le quartier de Menneton, dans l'ouest tourangeau. Elle va alimenter en chauffage et en eau chaude l'équivalent de 10 000 logements à La Riche et à l'ouest de Tours. Cette chaufferie est alimentée par des plaquettes de bois provenant des forêts locales et grâce à elle, ce sont 19 200 tonnes de CO2 qui ne seront plus rejetés dans l'atmosphère. 

Jean-Luc Gaillot, vice-président de Tours Métropole délégué à l'Energie, détaille les quartiers qui bénéficieront de cet apport d'énergie propre et combien paieront les habitants sur leur facture grâce à cette 3ème chaufferie biomasse.

Pour l'instant, nous allons chauffer l'ensemble des habitants qui habitent entre l'hôtel de ville de Tours et la ville de La Riche. Ce sont 10 000 logements et de gros établissements publics comme le CHRU Bretonneau et des sites universitaires. Ils auront une économie d'environ 10% sur leurs factures puisque le prix de la biomasse est beaucoup moins cher que le prix des énergies fossiles comme le gaz et l'électricité. Tout sera compris dans la facturation: le prix de l'énergie fournie, le coût d'investissement et l'amortissement  -Jean-Luc Gaillot

La chaufferie a été mise en service par les élus de Tours Métropole  - Aucun(e)
La chaufferie a été mise en service par les élus de Tours Métropole - Valentin Bonjean

D'ici 10 ans, Tours Métropole veut que 30% de la population de l'agglomération soit chauffée aux énergies propres et renouvelables. Un plan ambitieux et qui ne devrait pas coûter très cher aux communes de l'agglomération car Tours Métropole fera prendre en charge les investissements par les opérateurs d'énergie. C'est le cas de la chaufferie du Menneton : sur 21 millions d'investissements, c'est une filiale d'Engie qui en a payé les deux tiers, les 7 millions restants étant financés par l'ADEME, c'est-à-dire par l'Etat. D'ici 2023, c'est tout l'ouest de l'agglomération qui sera chauffé au bois et aux pépins de raisin, les deux combustibles propres utilisés par la chaufferie du Menneton. Le réseau atteindra les 17 kilomètres et apportera chaleur et eau chaude aux hôpitaux Clocheville et Bretonneau, aux gymnases, aux crèches, aux écoles de Tours et de La Riche, à l'université, aux serres du jardin botanique et aux futurs logements des Casernes Beaumont-Chauveau à Tours et du Plessis Botanique à La Riche, le tout représentant au minimum 10 000 logements. Sur leurs factures, les habitants de l'ouest tourangeau feront une économie de 10% par rapport à des factures classiques de gaz et d'électricité.

A noter que le bois utilisé pour l'alimentation de cette chaufferie biomasse proviendra des forêts tourangelles dans un rayon de 100 kilomètres. 26 600 tonnes de bois par an auxquels il faut ajouter un autre combustible, 1000 tonnes par an de pépins de raisin fournis par une entreprise privée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu