Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : le collectif des Jardinières rebelles plante des fruits et légumes dans les jardins publics

-
Par , France Bleu Touraine

Le collectif des Jardinières rebelles ont planté des fruits et légumes ce dimanche après-midi, dans un jardin public de Tours. Une action de désobéissance civile pour se réapproprier ces espaces publics.

Les citoyens présents ont notamment planté des framboisiers et du thym, dans le jardin François 1er, à Tours.
Les citoyens présents ont notamment planté des framboisiers et du thym, dans le jardin François 1er, à Tours. © Radio France - Chloé Martin

Cultiver des fruits et légumes dans les espaces publics, en plein centre-ville : l'idée a germé chez certains Tourangeaux qui ont formé le collectif des Jardinières rebelles. Ce dimanche après-midi, ils étaient une dizaine à planter des fruits et légumes dans le jardin François 1er, à côté du centre d'art contemporain Olivier Debré, à Tours centre.

Des initiatives similaires avaient déjà eu lieu au printemps, avec notamment les Jardinières masquées. Ces plantations vont au-delà d'un simple moment de jardinage. "Quand il y aura des fruits, n'importe quelle personne qui passe devant pourra en prendre. Cela crée un partage, du lien entre les gens", se réjouit Margot Pommé. 

Se réapproprier l'alimentation et les espaces publics

Les plantes - framboisier, groseillier, thym ou encore artemisia - sont laissées à disposition des habitants du quartier. "L'idée, c'est que les Tourangeaux plantent des comestibles, des légumes, en bas de chez eux, pour pouvoir se réapproprier notre alimentation", explique Rémi Filliau, créateur du collectif et militant écologiste.

L'événement est également une action de désobéissance civile, avec une réelle dimension politique. "Nous sommes des citoyens conscients des enjeux sociaux, sanitaires et écologiques. On ne veut plus acheter des légumes, souvent empoisonnés à base de pesticides dans des grandes surfaces et nourrir un système que nous souhaitons combattre", affirme Rémi Filliau. "C'est indispensable de se réapproprier les espaces publics et les espaces agricoles disponibles, et de faire de l'agriculture urbaine à l'heure du confinement"

Les Jardinières rebelles comptent renouveler leur action. Ils se donnent rendez-vous dimanche prochain pour de nouvelles plantations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess