Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Travaux sur les routes creusoises: deux associations environnementalistes mettent en cause le Département

-
Par , France Bleu Creuse

Deux associations accusent le conseil départemental de la Creuse d'être "un mauvais élève" en matière d'environnement. En cause, la destruction de zones humides qui n'auraient pas été remplacées comme l'exige la réglementation. Le Département assure n'avoir rien à se reprocher.

Les travaux du carrefour de la Seigliere ont duré plusieurs mois à Aubusson
Les travaux du carrefour de la Seigliere ont duré plusieurs mois à Aubusson © Radio France - Olivier Estran

"La préservation des zones humides est quelque chose d'essentiel, on le voit bien avec le changement climatique que l'on connaît. Mais là, on atteint les limites du "Je-m'en-foutisme". Andrée Rouffet-Pinon, la présidente de la section creusoise de France Nature Environnement est en colère. 

Au côté de l'association "Sources et rivières du Limousin", elle demande au conseil départemental de la Creuse de s'expliquer sur deux dossiers d'aménagements routiers, sous peine d'attaquer la collectivité en justice.

Les deux associations ne contestent pas les travaux, mais elles estiment que dans les deux cas, il n'y a pas eu de compensation pour les zones humides détruites par les chantiers. Autrement dit, selon elles, elles n'ont pas été remplacées ou restaurées comme la réglementation l'exige.

Le premier litige est un chantier situé à Croze, dans le sud de la Creuse et dont les travaux remontent à ... 2008 ! 

Les deux associations notent que le Département avait "l'obligation de compenser la destruction de près de 7 mille mètres carrés de zones humides en reconstituant une zone de la même superficie." "Où sont passés les mesures compensatoires promises ? nulle part !" affirment-elles dans un communiqué. 

Comme ce chantier a été mené par la précédente majorité, l'actuel conseil départemental ne veut pas le commenter.

L'autre dossier est beaucoup plus récent et plus important. Il s'agit de l'aménagement du carrefour de la Seiglière à Aubusson, sur l'axe Limoges - Clermont-Ferrand. Un nœud routier dangereux transformé en très grand rond point.

Les travaux ont duré plusieurs mois en 2019, et comportaient l'obligation de compenser la destruction de 15 mille mètres carrés de zones humides.

"Nous avons adressé une douzaine de courriers à la Préfecture demandant la mise en oeuvre de ces obligations, mais toujours rien" déplorent les associations

Il y aura plus de reconstitutions de zones humides que de destructions" -Thierry Gaillard, 1er vice-président du Département

"Pas du tout, rétorque Thierry Gaillard, 1er vice président du Département, nous sommes très sensibles à ces questions d'environnement et de préservation des zones humides. C'est aussi une de nos priorités."

"A la Seiglière, nous avons replanté 800 mètres de haies, c'est plus que les 750 mètres qui ont été arrachés lors des travaux. Nous avons aussi  reconstitué les abris pour les reptiles et les amphibiens."

Le rond-point de la Seiglière à l'automne 2019, quasiment achevé
Le rond-point de la Seiglière à l'automne 2019, quasiment achevé © Radio France - Olivier Estran

Les associations notent les efforts, mais s’étranglent quand elles constatent que la compensation des zones humides ne s'est pas faite sur le lieux des travaux, mais à des dizaines de kilomètres de là, dans la vallée du Cher sur la commune d'Evaux-Les-Bains. 

"Eurêka, ils ont trouvé une idée de génie, s'agace Andrée Rouffet-Pinon, sauf que les terrains en question sont déjà classées en Zone Natura 2000, il y a déjà de l'argent européen qui est donné pour préserver la faune et la flore. C'est tout de même un peu bizarre."

Tout cela a été débattu et validé par les services de l'Etat"

Alors, la compensation mise en en oeuvre par le Département fait elle doublon avec des mesures déjà existantes ?

"Non, répond Thierry Gaillard , on ne s'est pas servi de ce qu'on fait déja dans la vallée du Cher avec Natura 2000 pour dire "voila ça nous dédouanne du chantier d'Aubusson." Il y a deux choses bien distinctes, et de nouvelles mesures de protection."

"Et puis, complète l'élu, on peut rentrer dans des discussions et dire "ce n'est pas là qu'il fallait faire ces mesures de compensation", mais il ne faut pas oublier que tout cela a été débattu et validé par les services de l'Etat."

Cela va t-il convaincre  les associations environnementalistes ? Elles attendent des réponses écrites avant la fin du mois, et interpellent la Préfecture "pour faire respecter les obligations de compensation des zones humides et sanctionner l'inaction."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu