Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Tri des déchets : la consigne efficace, mais à certaines conditions selon un rapport sénatorial

-
Par , France Bleu

À certaines conditions, le retour de la consigne permettrait à la France de collecter et recycler ses déchets plus efficacement estime un pré-rapport remis au gouvernement ce jeudi. La mesure fait l'objet de vifs débats.

Consigne réservée aux bouteilles plastiques (photo d'illustration)
Consigne réservée aux bouteilles plastiques (photo d'illustration) © Maxppp - FRANCOIS DESTOC

Faut-il réintroduire le principe de la consigne pour mieux collecter et recycler les déchets ? Oui, mais à certaines conditions affirme un rapport commandé par le gouvernement remis ce jeudi. La mesure, qui figure dans le projet de loi sur l'économie circulaire porté par la secrétaire d’État à l’Écologie Brune Poirson, suscite de vives contestations de la part des professionnels du tri et des représentants des collectivités locales, chargés de collecter ces déchets. Ils redoutent notamment de voir leurs revenus baisser, un certain nombre de matières étant revendues à des industriels qui les recyclent. 

Une consigne pour les bouteilles plastique et les cannettes de métal 

Des craintes infondées selon Jacques Vernier, expert du secteur du recyclage et auteur du rapport. "Je suis sidéré que les chiffres les plus fous aient circulé sur la perte financière des collectivités", a-t-il déclaré à l'AFP.  "Du fait de la loi Grenelle, elles [les collectivités locales] ne perdront rien : Citeo (éco-organisme emballages) doit toujours aux collectivités 80% du coût de traitement + 20% des recettes de vente de la matière. On perdrait 60 millions d'euros de vente de matière (si bouteilles plastique et cannettes sont concernées par la consigne), soit 12 millions pour les collectivités : c'est dans l'épaisseur du trait ! D'ailleurs l'État pourrait décider de les compenser".

Selon lui, le retour de la consigne permettrait à la France d'atteindre l'objectif fixé par Bruxelles de 90% de bouteilles en plastique collectées en 2029, contre 57% actuellement. Toutefois, pour y parvenir, il faudrait que son montant soit assez élevé (au moins 10 centimes, 15 centimes étant jugé "bien ajusté"), les points de collecte nombreux (commerces de plus de 200 m2), et les fabricants des produits sanctionnables financièrement si l'objectif de récupération n'est pas atteint. Dans ces conditions, la consigne, qui porterait sur les bouteilles plastique, les cannettes de métal voire les briques, aurait l'avantage de concentrer la responsabilité sur un groupe, les producteurs.

Les collectivités sceptiques

Interrogée par l'AFP, l'association de collectivités Amorce estime, elle, que la loi est trop floue pour garantir que l'État compense les pertes de revenus inhérentes au retour de la consigne. "Comme d'habitude on se fera avoir !" a réagi son délégué général Nicolas Garnier, citant des précédents. Ce système conduirait selon lui à   additionner "deux services de collecte, celui du service public et celui des supermarchés et de Coca. À un moment, il y aura bien un surcoût, qui sera pris sur le consommateur" prévient-il.

Pour le patron de Paprec, le plus important centre de recyclage de France, des centaines de millions d'euros seront perdus par les Français qui ne viendront pas récupérer leurs consignes. Quant à l'ONG Zero Waste, elle n'est pas opposée à une consigne du plastique pour recyclage mais insiste sur le réemploi, du verre notamment. "Il ne faut pas que la consigne devienne le nouveau geste écologique ultime. Le geste écologique, c'est limiter les emballages", a insisté Laura Châtel, chargée de plaidoyer et territoires pour l'association, auprès de l'AFP.  

Choix de la station

France Bleu