Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois jours après la réaction chimique, l'Union laitière de Meuse reprend ses activités jeudi

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Après la réaction chimique lundi 29 juin à Bras-sur-Meuse, sur le site de l'Union laitière de Meuse, les opérations de pompage et de dépotage de la cuve ont été réalisés mercredi. La coopérative va pouvoir reprendre ses activités ce jeudi, selon la préfecture.

Le site de l'Union laitière de Meuse, où s'est produit l'émanation chimique.
Le site de l'Union laitière de Meuse, où s'est produit l'émanation chimique. - Google images

Trois jours après le mélange accidentel d'engrais sur le site de l'Union laitière de Meuse, donnant lieu à une réaction chimique et l'évacuation de la coopérative, les opérations de pompage et de dépotage de la cuve ont été réalisés ce mercredi, selon un communiqué de la préfecture.

Pas de blessé

D'après les autorités, ces travaux ont été réalisés par un prestataire agréé pour le traitement et l'évacuation des déchets chimiques, après validation du protocole par la préfecture. Les opérations se sont bien passées, sous la surveillance des pompiers. La zone était bouclée par la gendarmerie. 

Les containers qui comportent désormais les déchets chimiques seront transportés ce jeudi vers un site de traitement dans la région. Le même jour, les activités pourront reprendre au siège de l'Union laitière de Meuse. Les installations auront été nettoyées au préalable. L'entreprise voisine EMC2 a déjà pu rouvrir.

Cette émanation chimique résulte d'une erreur de livraison. Le transporteur avait déchargé sans autorisation du thiosulfate d'ammonium lundi matin dans une cuve qui comportait encore des résidus d'acide nitrique. La préfecture assure que l'état de santé des trois personnes qui présentaient des symptômes légers "n'inspire pas d'inquiétude 48h après les événements."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess