Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trou à Saint-Étienne : un ancien puits de mine tout proche certainement responsable de l'effondrement

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un trou de 15 mètres de profondeur, creusé dans la nuit de mardi à mercredi : à Saint-Étienne, dans la Loire, on tente de comprendre les raisons de cet effondrement de terrain quartier Monthieu. D'après notre invité, la proximité d'un puits minier est l'explication la plus probable.

Le fontis derrière le magasin Crazy Fêtes,dans le quartier Monthieu à Saint-Étienne.
Le fontis derrière le magasin Crazy Fêtes,dans le quartier Monthieu à Saint-Étienne. © Radio France - Emeline Rochedy

La ville de Saint-Etienne s'est réveillée hier mercredi un peu surprise par la découverte d'un "fontis", un effondrement de terrain, a priori lié au sous-sol et à l'ancienne exploitation minière. Le trou s’étend sur une surface de 100 mètres carrés et fait 15 mètres de profondeur. Notre invité, Paul Royal, est un ancien ingénieur géologue des Houillères de la Loire. Il nous explique le phénomène.

France Bleu Saint-Étienne Loire : ce genre d'effondrement du sol est-il fréquent à Saint-Étienne ?

Paul Royal : Fréquent non, je dirais que ça peut arriver compte tenu du passé minier de Saint-Étienne. C'est vrai que certaines zones restent susceptibles d'évoluer. Mais l'image du sous-sol stéphanois comme un gruyère, elle n'est pas à répandre. Ce sont les anciennes extractions, proches de la surface dans les 20 premiers mètres, et les infrastructures minières comme les puits de mines, qui peuvent évoluer.

Justement, d'après les constatations de la préfecture de la Loire, un ancien puits se trouve à proximité du trou. Ceci explique cela ?

Oui c'est certainement lié à cette présence du puits Robert. Je regardais les archives, il semblerait que ce soit un puits d'extraction important, qui descendait à 500 mètres. Le long de ce puits, à différents niveaux, il y a des dessertes, des ouvrages souterrains et des grands vides résiduels qui n'ont pas été forcément traités. Ils déstabilisent la colonne du puits quand ils bougent et ce sont eux qui provoquent des fontis, des effondrements. 

Pourquoi maintenant ? Y-a-t-il des raisons liées à la météo ou à des travaux ?

La géologie est un milieu vivant, l'homme y est intervenu et a remis en cause l'équilibre du terrain, qui évolue. Cela peut intervenir deux ans après la création de l'ouvrage, 50 ans, deux siècles après. C'est l'incertitude totale.

On sait que Steel a été construit dans le quartier il y a deux ans, avec des travaux souterrains très importants...

Il y a eu des fondations profondes pour descendre en dessous des volumes affectés par les anciennes extractions. A cet endroit, sous la zone de l'effondrement, il y a une couche de charbon qui devait faire 10 mètres d'épaisseur et 60 mètres de profondeur. Mais bon, ce n'est pas ça qui constitue les risques dans la région stéphanoise : ce sont les exploitations locales près de la surface, des points particuliers comme des infrastructures ou des travaux anciens. On a les archives, on connaît les endroits qui peuvent évoluer ainsi. Aux bureaux d'étude et aux aménageurs de faire les analyses qui conviennent quand on choisit d'aménager. D'ailleurs c'est dans ce cadre-là que les services de l'État ont élaboré le plan de protection contre les risques miniers, en interdisant certaines zones. Il existe un plan, on sait ce qu'ils se passe.

Pour les nouveaux arrivants qui souhaiteraient s'installer à Saint-Étienne, il n'y a pas de risque alors ?

Non, les zones sont répertoriées, l'image du sous-sol stéphanois comme un gruyère est totalement fausse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess