Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

L'arrêté anti-pesticides pris à Mandeure inquiète les agriculteurs

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Depuis un mois, la ville de Mandeure, dans le Doubs, a pris un arrêté pour interdire l'épandage des pesticides à moins de 50 mètres des habitations. De leur côté, les agriculteurs regrettent de ne pas avoir été consultés avant cette décision.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Benjamin Illy

Mandeure, France

Si l'arrêté anti-pesticide a été suspendu pour la commune de Langouët en Bretagne ce mardi, le maire de Mandeure (Doubs) lui, n'a pas encore été inquiété par les services de l'Etat. "Mais si cela arrive, je suis prêt à me défendre en justice pour cet arrêté", affirme le maire Jean-Pierre Hocquet. 

Il y a un mois, il a pris un arrêté pour interdire l'épandage de produits phytosanitaires. Pas dans toute la commune, mais à moins de 50 mètres des habitations. Pourquoi ? "Parce que la plupart des produits utilisés sont dangereux et doivent être utilisés avec précaution. Il y a un véritable risque pour la santé publique", répond-il. 

Trouver des solutions alternatives

De leur côté, les agriculteurs ont le sentiment que Jean-Pierre Hocquet mène un combat contre eux, puisqu'il ne les a pas consultés avant de prendre l'arrêté. "Ce n'est pas contre eux. Ils sont consommateurs et sont forcés d’utiliser ces produits. Le problème, c’est que ces produits devraient être mieux réglementés", glisse le maire, qui les encourage à trouver des solutions alternatives

"Les produits phytosanitaires devraient être mieux réglementés" (Jean-Pierre Hocquet)

L'agriculteur est conscient des problèmes engendrés par les pesticides. "Nous, le boulot c’est de trouver des solutions entre l’aspect économique et l’aspect santé qui est très légitime", répond Philippe Monnet, président de la FDSEA du Doubs. Il ajoute : "On a baissé de presque 40% l’utilisation de produits phytosanitaires en une quinzaine d’années."

Pour autant, Philippe Monnet est inquiet : "Si on prend la carte de notre département, on enlèverait plus de 30% des surfaces agricoles. Et qu’est-ce qu’on mettrait dans les récoltes ? Les agriculteurs utilisent des produits phytosanitaires pour protéger les cultures."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu