Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un bateau recyclable construit à Sète va partir pour un tour du monde

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Ce voilier de 7,60 m de long baptisé "le Stern" partira de Balaruc-les-Bains (Hérault) début mars pour une boucle de 50.000 kilomètres autour de la planète. Objectif : prouver que l'on peut naviguer sur des bateaux moins polluants et aller à la rencontre des peuples menacés par la montée des eaux.

Le Stern lors de sa mise à l'eau  dans le port de Balaruc-les-Bains
Le Stern lors de sa mise à l'eau dans le port de Balaruc-les-Bains - Marc Aubin

L'association Déferlante Océane a construit à Sète un petit voilier de 7,60 mètres de long et 3,10 mètres de large avec des matériaux recyclables, c'est le projet EcoTransat. Baptisé "le Stern", le bateau a été mis à l'eau vendredi 15 janvier dans le port de Balaruc-les-Bains, d'où il s'élancera début mars pour un tour du monde de 50.000 kilomètres en 11 mois. 

Un voilier conçu avec des fibres naturelles

"Le Stern" est construit avec du bois, de la fibre de verre, de basalte, de jute, les voiles sont en fibre de lin. L'idée est de prouver que l'on peut naviguer sur des bateaux moins polluants, explique Gilles Melon, le skipper a l'origine du projet : "Entre 20.000 et 25.000 bateaux pourrissent dans les ports français. Ici, sur l'étang de Thau, des bateaux sont abandonnés, deviennent des déchets, c'est un vrai problème". 

"La navigation à voile est le mode de déplacement le plus écologique mais elle se pratique  sur des bateaux non écologiques."

Ce tour du monde en dix étapes via le canal de Panama ou de Suez permettra de tester ces matériaux recyclables grâce à des capteurs installés sur le voilier et aussi d'aller à la rencontre des populations qui subissent le réchauffement climatique et la montée des eaux _"les habitants polynésiens de Kiribati, Tuvalu, ceux des Maldives, de Guna Yala dans l'océan atlantique" ._Des documentaires vidéo seront réalisés sur ces naufragés climatiques. 

Gilles Melon l'initiateur du projet et skipper du bateau explique l'objectif du projet

Lancement d'un financement participatif

Pour partir il faut encore trouver de l'argent. Après avoir déjà financé plus de 40.000 euros sur les fonds propres de ses initiateurs, 32 000 euros par un crowfunding en 2016 pour finir le voilier, un nouveau financement participatif est lancé sur la plateforme Ekosea  (60 % des dons sont déductibles des impôts)  pour  récolter au moins 10.000 euros afin d'équiper "le Stern" : outils météorologiques et télécommunication, désalinisateur, équipement de navigation, caméras....  

"Il nous faut trouver au minimum 10.000 euros. En une matinée déjà 2.600 euros ont été collectés !" Alexandre Roux co-organisateur du projet 

Alexandre Roux médecin urgentiste qui embarquera en Australie évoque le financement participatif lancé sur la plateforme Ekosea

L'initiateur du projet et skipper du voilier, Gilles Melon, 41 ans, est un marin aguerri, il a déjà franchi le Cap Horn, effectué cinq transatlantiques. Il effectuera ce tour du monde en partie en solitaire et sera en double pour certaines étapes. Retour prévu sur les rives de l'étang de Thau en janvier 2022. 

Reportage de Sébastien Garnier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess