Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un Isérois porte-parole de la jeunesse auprès du secrétaire général de l'ONU

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Nathan Métenier, 21 ans, est chargé avec 6 autres militants venus du monde entier d'organiser une grande consultation sur le climat auprès des jeunes. Sa première réunion avec António Guterres aura lieu le 12 août.

Nathan Métenier
Nathan Métenier - collection N. Ménetier

Il n'a que 21 ans mais son parcours "d'activiste du climat" a débuté il y a plusieurs années déjà. "J'ai commencé au lycée Pablo-Neruda de Saint-Martin-d'Hères, un lycée merveilleux dans sa mixité sociale, se souvient Nathan Métenier. J'avais créé une semaine pour les jeunes et le climat au moment de la COP-21 en 2015." Cinq ans plus tard, voilà ce jeune étudiant de Sciences-Po Grenoble choisi par le Secrétariat général des Nations Unies pour organiser une grande consultation mondiale de la jeunesse sur la question du climat. Entre temps il a milité pour des cours sur les enjeux environnementaux dans l'enseignement supérieur. 

"Que chacun puisse nous contacter"

Nathan Métenier est conscient de l'immense responsabilité qu'il s'apprête à endosser avec six autres jeunes venus du Soudan, du Brésil, des États-Unis, de Moldavie, etc. Il leur faudra recueillir la parole, les aspirations et les propositions de "la jeunesse" du monde entier. Comment ? "Pour l'instant on est en discussion avec le secrétariat du Secrétaire général pour voir quels moyens nous aurons à notre disposition pour organiser ces consultations et être sûrs d'être en contact avec tous les jeunes, quand bien même certains n'ont pas Internet dans certains pays ou ici, en Europe, dans certains territoire. L'enjeu ce sera que chacun puisse nous contacter (...). Il y a urgence à agir, poursuit l'étudiant-activiste. Agir au niveau local, national, européen. Aujourd'hui pour la première fois l'Europe met sur la table des montants colossaux, historiques, mais en réalité c'est toujours insuffisant. Il faudrait la même chose mais chaque année pour l'environnement et le climat !" 

Pas là pour servir de "caution jeune"

Porter la parole des jeunes et faire remonter des propositions,encore faut-il être écouté. Là-dessus Nathan Métenier le reconnaît, "c'est toujours un jeu très délicat. Il faut discuter à la fois avec les décideurs politiques parce que ce sont eux qui peuvent prendre les décisions, mais en même temps on est conscient du fait qu'on peut être la caution jeune... Donc on peut se brûler les ailes ! Nous avons été très clairs dès le début : si c'est pour servir de caution jeune, on claquerait la porte très vite." 

Nathan Métenier et ses 6 autres collègues s'entretiendront le 12 août avec António Guterres, par visioconférence, Covid oblige. Et aussi parce que Nathan, à l'image de Greta Thunberg, n'aime pas trop prendre l'avion.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess