Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Un projet d'incinérateur contesté à l'usine d'uranium de Narbonne

-
Par , France Bleu Hérault

L'usine de Malvési est l'un des plus grands centres de transformation de l'uranium en France. Le groupe Orano, qui gère le site, veut y construire un incinérateur de déchets nucléaires. Trois associations opposées à ce projet étaient ce mardi devant le tribunal administratif de Montpellier.

L'usine de Malvési à Narbonne
L'usine de Malvési à Narbonne © Maxppp -

Narbonne, France

Quelques jours après l'incendie dans l'usine Seveso Lubrizol à Rouen, une autre usine classée elle aussi a haut risque est montrée du doigt. Elle se trouve à trois kilomètres  au nord-ouest de Narbonne (Aude). Il s'agit de l'usine de Malvési, l'un des plus grands centres de transformation de l'uranium en France. Le groupe Orano (ex-Areva), qui gère le site, veut y construire un incinérateur de déchets nucléaires.

Trois associations narbonnaises (TCNA, RUBRESUS et COL.E.R.E) opposées à ce projet étaient ce mardi devant le tribunal administratif de Montpellier qui rendra son jugement dans quinze jours.

Les opposants craignent le rejet de polluants dans l'air

L'uranium arrive sous forme de petits gâteaux qu'on appelle les "yellow cakes". À l'usine de Malvési, il est transformé en tétrafluorure d'uranium utilisé comme combustible dans les centrales nucléaires. Cette métamorphose produit des déchets qui seront brûlés par l'incinérateur (le projet TDN THOR) dont la mise en service est prévue en 2021 : "12.000 mètres cubes de polluants, dont des poussières radioactives, rejetées par heure soit l’équivalent de 48.000 voitures" redoutent les opposants.

Orano assure que ce sera "essentiellement de la vapeur d'eau" qui sortira de la cheminée de cet incinérateur, qui permettra de réduire le volume de déchets stockés actuellement dans des bassins à ciel ouvert, et donc de ne pas revivre le même incident qu'en 2004. Après de fortes pluies, une digue d'un bassin avait cédé, et 30.000 mètres cubes de boues pollués s’étaient répandues aux alentours. 

Choix de la station

France Bleu