Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mobilisation des habitants contre une antenne-relais aux Taillades

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

L'antenne est en cours d'installation le long de la route de Robion, mais à proximité de lotissements du quartier Bel Air. La mairie, au départ, s'était opposée à l'opérateur Free qui avait alors attaqué la municipalité au tribunal au nom de l'intérêt général d'une meilleure couverture des réseaux.

Une antenne relai comme celle-ci au milieu d'entreprises et de lotissements édifiée aux Taillades
Une antenne relai comme celle-ci au milieu d'entreprises et de lotissements édifiée aux Taillades © Maxppp - Sébastien Jarrry

Au nom du principe de précaution, les riverains du quartier Bel Air, aux Taillades, se battent contre l'installation d'une antenne-relais, à proximité d'habitations. Ils prennent la suite de la mairie, qui a finalement laissé tomber son combat engagé contre l'opérateur Free. 

Vice de forme 

Plusieurs riverains ont  formé un collectif et engagé un avocat. L’audience s'est tenue devant le Tribunal Administratif de Nîmes ce mardi  à 17h. Même si c'est au nom du principe de précaution et de la propagation des ondes que les riverains s’insurgent, l’avocat a préféré surtout jouer sur un vice de forme dans le dossier d’installation de cette antenne-relais de plus de vingt mètres. Le premier argument est généralement rejeté par les juges administratifs en l’absence d’études scientifiques démontrant un risque sanitaire lié aux ondes électromagnétiques. Pourtant, près de 5 % des Français se disent électrosensibles. 

Le parc Natural Régional du Luberon sollicité par le collectif d'habitants avait prononcé un avis défavorable. C'est son seul pouvoir. L'opérateur Free aurait aussi rejeté plusieurs propositions d'emplacements éloignés des habitations et a trouvé un particulier qui a prêté un morceau de terrain contre loyer.

Reste aussi l'argument esthétique qui a été par le passé plus efficace que celui d'ondes nocives pour la santé. Ainsi, il y a onze ans à Châteauneuf-du-Pape, le tribunal de Carpentras condamnait SFR à démonter une antenne-relais de plus de vingt mètres de haut au motif précis "d’une présence visuelle négative permanente".

L'arrêté de non opposition de la maire des Taillades  - Radio France
L'arrêté de non opposition de la maire des Taillades © Radio France - JM Le Ray
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu