Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Une association presse la Métropole de s'occuper enfin de l'ancienne carrière des Côtes de Clermont

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

L'Association pour la Sauvergarde des Côtes de Clermont - Chanturgue (ASCOT) vient de mettre en demeure Clermont Auvergne Métropole. Elle demande de faire enfin le nécessaire pour récupérer l'ancienne carrière des Côtes de Clermont.

Une partie de la carrière (jusqu'aux bâtiments blancs) où la végétation reprend peu à peu ses droits
Une partie de la carrière (jusqu'aux bâtiments blancs) où la végétation reprend peu à peu ses droits © Radio France - Emmanuel Moreau

Clermont-Ferrand, France

C'est un no man's land, en plein cœur de l'agglomération de Clermont. Un vaste espace d'une centaine d'hectares (dont 70 ont été exploités pour extraire de la pouzzolane) entre Clermont, Durtol, Nohanent, Blanzat et Cébazat. La carrière, située sur les communes de Durtol et Nohanent, est devenue un espace ouvert aux randonneurs, aux pilotes autos et motos qui viennent y chercher des sensations fortes ainsi qu'aux indélicats de toute sorte qui viennent y déverser leurs déchets.

Elle a été exploitée entre 1955 et 2004. C'est l'ASCOT qui s'est battue pour obtenir la fermeture de la carrière, après une ultime prolongation de six ans. A l'époque, la société qui exploitait le site s'était engagée plusieurs fois par écrit à rétrocéder les parcelles qu'elle possédait à la collectivité, moyennant un franc symbolique. Mais depuis 2004, rien n'a bougé, ce qui a poussé l'ASCOT à agir, avec un courrier pour mettre en demeure Clermont Auvergne Métropole d'exercer son droit de rétrocession.

Parc photovoltaïque ou pôle touristique?

Les responsables de l'ASCOT ne veulent plus que cet espace où la nature reprend peu à peu ses droits soit abandonné. Ils mettent en avant la chance d'avoir ce vaste espace en pleine agglomération et les multiples possibilités d'aménagement (pôle touristique, récréatif, etc...) en mettant par exemple à profit la plus belle vue sur la faille de Limagne. Surtout, ils ne veulent pas du projet de parc photovoltaïque à l'étude actuellement (on en est au troisième projet de ce type).

Du côté de Clermont Auvergne Métropole, on précise que le dossier est à l'étude. Une demande à été faite au carrier et le sujet sera discuté prochainement au sein du bureau de la collectivité. Il faudra également que le site puisse être classé Espace Naturel Sensible. Pour le moment, seule la partie des Côtes de Clermont située sur le territoire de la commune de Clermont est classé, il reste à faire la même chose pour les quatre autres communes concernées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu