Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une nouvelle campagne de distribution de pastilles d'iode commence autour de la centrale nucléaire de Chinon

-
Par , France Bleu Touraine

C'est une campagne nationale qui concernent toutes les populations riveraines des centrales nucléaires comme Belleville-sur-Loire, Dampierre-en-Burly, Saint Laurent-des-Eaux, et bien entendu Chinon. 2,2 millions de personnes sont concernées par cette distribution complémentaire de pastilles d'iode.

La nouvelle campagne d'affichage sur la distribution d'iode dans le chinonnais
La nouvelle campagne d'affichage sur la distribution d'iode dans le chinonnais © Radio France - Denis Guey

La catastrophe de Fukushima de 2011 a fait réfléchir l'Autorité de Sûreté Nucléaire. Une nouvelle campagne de distribution de pastilles d'iode débute autour de la centrale nucléaire de Chinon. La dernière remontait à janvier 2016 mais depuis Fukushima, le périmètre de sécurité du PPI (plan particulier d'intervention) a doublé, il est passé de 10 à 20 kms. Et il faut donc organiser une campagne de distribution complémentaire d'iode pour les habitants des nouvelles communes intégrées dans le périmètre. En Indre-et-Loire, cela représente 22 communes supplémentaires et 25.000 habitants de plus, soit un total de 54.000 habitants et 43 communes, sans compter les deux autres départements concernés, la Vienne et le Maine-et-Loire.

77 communes dans le rayon de 20km autour de la centrale nucléaire de Chinon
77 communes dans le rayon de 20km autour de la centrale nucléaire de Chinon - © Conseil départemental d'Indre-et-Loire

Un périmètre de danger immédiat sur 5 kms autour de la centrale

Cette distribution de pastilles d'iode s'accompagne de nouvelles mesures de prévention encore plus strictes, nous dit Nicolas Berger-Halteau, chef du bureau de la défense nationale et de la protection civile à la préfecture d'Indre et Loire. "La nouvelle mesure la plus importante dans le PPI, c'est la création d'un périmètre intermédiaire de 5 kms autour de la centrale. Il s'agit d'un périmètre d'évacuation rapide sur ordre de la préfète pour emmener les habitants à plus de 20 kms du site. On a préparé des centres d'accueil et de regroupement des populations ainsi que les moyens de transports nécessaires. Nous avons un partenariat avec le transporteur Kéolis qui amènera des cars. Et si la crise doit durer, on prépare aussi des hébergements d'urgence", explique Nicolas Berger-Halteau.

L'autre mesure nouvelle et importante, c'est l'interdiction de consommer des denrées alimentaires immédiatement après l'alerte en cas d'accident nucléaire et de rejets de radioactivité. Interdiction qui vient en complément de l'ingestion des pastilles d'iode. 

Ne pas attendre pour se procurer ses pastilles d'iode

Comment les 25.000 habitants des 22 communes d'Indre-et-Loire supplémentaires vont-ils devoir faire pour se procurer leurs pastilles d'iode? Pastilles, qui, il faut le rappeler représentent un vrai kit de survie. Chacun va recevoir un bon de retrait. L'envoi de ce courrier qui est déjà en cours invite les habitants à aller retirer leurs comprimés d'iode dans l'une des 27 pharmacies situées en Indre-et-Loire, mais aussi en Maine-et-Loire et dans la Vienne. Vous devez remplir un bon de retrait et on vous attribue un code personnel et un QR Code. Tout cela doit être présenté au pharmacien qui, en échange vous donne le nombre de comprimés d'iode nécessaire à votre famille.

C'est gratuit, attention, ne faites pas la bêtise d'avaler votre pastille en rentrant à la maison. Elle ne doit être prise bien entendu qu'en cas de rejet radioactif suite à un accident nucléaire et c'est la préfecture qui donne l'alerte, accompagnée par la sirène de la centrale de Chinon et appuyée par les maires des communes du périmètre. Il y a 4 ans, 56% seulement des chinonnais concernés ont retiré leurs pastilles d'iode. C'est insuffisant. Personne n'avait imaginé la catastrophe de Fukushima. Alors, n'attendez pas inutilement avant de vous rendre dans votre pharmacie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu