Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une nouvelle station de mesure de la qualité de l'air à Plouzané près de Brest

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Air Breizh et Brest Métropole ont inauguré mercredi une nouvelle station de mesure au Technopôle Brest-Iroise. Ce capteur est dédié à la surveillance en temps réel du niveau d'ozone dans l'air.

La station permet de mesurer la concentration d'ozone dans un milieu péri-urbain.
La station permet de mesurer la concentration d'ozone dans un milieu péri-urbain. © Radio France - Nicolas Olivier

L'observatoire de la qualité de l'air en Bretagne complète son dispositif dans la métropole brestoise. La station Air Breizh de Plouzané, inaugurée mercredi mais opérationnelle depuis décembre 2019, remplace celle du quartier de Pontanézen pour la mesure de l'ozone, plus pertinente en milieu péri-urbain. Les particules fines (PM2,5 et PM10) et le dioxyde d'azote (NO²) sont eux mesurés en centre-ville de Brest, rue Jean Macé et près de la place Albert Ier.

La station du Technopôle est composée d'un capteur perché à 2,50 mètres de hauteur relié à des appareils qui enregistrent en continu la concentration d'ozone dans l'air. Pour Glen Dissaux, vice-président de Brest Métropole en charge du plan climat, "c'est important pour affiner notre connaissance des émissions de polluants, pour savoir d'où on part pour pouvoir travailler sur les chantiers identifiés comme la rénovation thermique des bâtiments, la réduction des flux automobiles et le développement des mobilités douces."

La lutte contre la pollution est un enjeu de santé publique puisque d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ce fléau est responsable de 48.000 décès prématurés chaque année en France, dont 2.700 en Bretagne.

La pointe bretonne peu exposée à l'ozone

Polluant secondaire ne découlant pas directement des activités humaines, l'ozone est un gaz irritant qui peut avoir des impacts réels sur la santé et sur l'environnement. Il se forme sous l'effet des rayons du soleil, de la chaleur et de l'absence de vent. Des conditions rarement atteintes à l'ouest de la Bretagne. Le seuil d'information de la population, fixé à 180 microgrammes d'ozone par mètre cube d'air (μg/m³), n'a pas été atteint à Brest depuis août 2003. 

"Si on prend la valeur maximale recommandée par l'OMS (100 μg/m³ en moyenne sur 8 heures), on se rend compte qu'on a plusieurs jours de dépassement chaque année" indique le président d'Air Breizh Alain Laplanche. En tenant compte de l'ensemble des polluants mesurés par l'association, d'après les données enregistrées en 2019, la qualité de l'air est dégradée à Brest environ un jour sur dix.

La qualité de l'air à Brest est tout à fait correcte, mais cela n'empêche pas d'avoir tous les ans des épisodes de pollution, souvent dus aux particules fines mais l'été on peut avoir de la pollution à l'ozone. Alain Laplanche, président d'Air Breizh

Toutes les données des stations sont accessibles en open data sur le site internet de l'association, qui publie chaque jour un indice régional de la qualité de l'air. Mais certains polluants pourtant bien présents dans la région restent en dehors des radars : les émissions d'ammoniac ou de pesticides ne sont toujours pas mesurées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess