Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Valence : une nouvelle unité de méthanisation pour la station de Mauboule

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les travaux d'une nouvelle unité de méthanisation ont commencé, à la station d'épuration de Mauboule. D'ici 2021, elle devrait pouvoir traiter les eaux usées de trois stations. Un projet porté par l'agglomération de Valence, qui s'inscrit dans la volonté de transition énergétique.

Nicolas Daragon (au milieu), pose la première pierre symbolique de ce chantier, qui devrait durer jusqu'en juin 2021.
Nicolas Daragon (au milieu), pose la première pierre symbolique de ce chantier, qui devrait durer jusqu'en juin 2021. © Radio France - Claire Guédon

Cette nouvelle unité, qui verra le jour sur le site de la station de Mauboule (Valence), devrait permettre d'économiser 2 200 tonnes de CO² par an, "l'équivalent de la production de 2000 voitures", insiste Nicolas Daragon, président de l'agglomération de Valence. Une réussite, pour lui, l'exemple d'une "écologie innovante et productive". Le principe : utiliser les eaux usées de trois sites de l'agglomération (Valence, Portes-lès-Valence et Romans), pour en faire du biogaz. Un système de récupération qui permettra de produire du gaz pour fournir 3000 foyers par an

Un projet qui participe à l'économie local 

Cette nouvelle unité représente un investissement de 11 millions d'euros, mais qui permet de créer de l'emploi local. _"On a pour habitude de dire que 100 000 euros dans le BTP équivaut à un emploi, donc ça fait 110 emplois_. À terme, je pense que l'exploitant devra aussi recruter quatre ou cinq personnes supplémentaires", se félicite Nicolas Daragon. Des recrutements bien vus, en cette période de crise sanitaire. L'agglomération veut montrer qu'elle reste "aux côtés du secteur du BTP, pour qu'ils puissent continuer à travailler et à créer de l'emploi", ajoute le maire de Valence. 

"Il n'y aura pas de nuisance supplémentaire" - Cyril Chassagnard, responsable régional de Véolia 

Quant aux possibles nuisances pour les riverains de la station d'épuration, Nicolas Daragon et Cyril Chassagnard, responsable régional de Véolia, se veulent rassurants. "Il n'y aura pas de nuisance supplémentaire par rapport au fonctionnement de la station actuelle", assure Cyril Chassagnard. Pas d'odeurs possible, selon lui, le système de cette nouvelle station est faite de telle sorte que tout le gaz est gardé et réutilisé dans un circuit étanche. Pas de risque non plus d'encombrements sur les routes alentour :"on va construire un système de canalisations pour transporter les eaux usées des sites de Porte-lès-Valence et Romans", affirme Cyril Chassignard, et donc éviter des allers-retours de poids-lourds régulièrement. 

Cette unité devrait pouvoir fournir 3 000 foyers par an en biogaz.
Cette unité devrait pouvoir fournir 3 000 foyers par an en biogaz.

Si d'autres projets de station de méthanisation ont déjà fait polémique dans la Drôme,  Nicolas Daragon assure aujourd'hui que le projet s'est fait en concertation avec les habitants du quartier, pour "respecter le bien-être et le bon-vivre des riverains". Et même avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux), abonde-t'il, pour "protéger la biodiversité des environs". La station devrait être opérationnelle pour le mois de juin 2022

Choix de la station

À venir dansDanssecondess