Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet de TGV Lyon-Turin

Macron dans les Alpes : "Stop aux beaux discours, place aux actes" disent les opposants au "Lyon-Turin"

Le chef de l’Etat se déplace ce mercredi soir et demain jeudi en Haute-Savoie pour des annonces sur la protection des milieux montagnards. Les opposants au TGV Lyon-Turin comptent bien l'interpeller alors qu'ils dénoncent la gabegie économique et écologique du projet.

Lyon Turin chantier mai 2015
Lyon Turin chantier mai 2015 © Radio France - Mélodie Viallet

En visite ce mercredi et demain jeudi dans les Alpes, Emmanuel Macron est attendu de pied ferme par les opposants au TGV Lyon-Turin, dont fait partie Daniel Ibanez. "C’est bien de venir en montagne pour faire des grandes déclarations qu’on va sauver la planète", ironise le militant. "On dit qu’on va lutter contre la pollution, contre les transports inutiles. Ce sont des actes qu’il faut."

Or, les réalisations constatées sur le terrain ne vont pas dans le bon sens, selon Daniel Ibanez. "La seule que je vois dans la vallée de la Maurienne, c’est le doublement du tunnel routier", affirme-t-il. "On ne voit pas d’acte en faveur de la réduction des poids-lourds, alors que même les routiers ont demandé à prendre le train en direction de l'Italie."

En 2018, 1,4 million de poids lourds ont traversé les Alpes franco-italiennes via les tunnels routiers du Fréjus et du Mont-Blanc.

Le lanceur d’alerte n’est pas convaincu par l’argument de la réduction du trafic, avancé par les défenseurs de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin. Pour Daniel Ibanez, il vaut mieux mieux investir davantage dans les infrastructures existantes. "Entre 2002 et 2012, la France a investi un milliard d’euros pour moderniser la ligne SNCF qui passe par Modane", avance-t-il. "Dans les années 1980, il passait 150 trains par jour, sans ordinateur, sans téléphone. [Aujourd’hui] il en passe vingt." Une information régulièrement contredite par les défenseurs du projet qui rappellent une note de Réseau férré de France (RFF) citée par la Dauphiné libéré en septembre 2018 qui évoquait un tunnel saturé.

Le budget total de la nouvelle liaison transalpine Lyon-Turin est estimé à 25 milliards d’euros. Sa réalisation est attendue pour 2030.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu