Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - 25 plaintes contre le glyphosate déposées à Carpentras

-
Par , France Bleu Vaucluse

Ce jeudi 6 février, l'association Foll'Avoine a déposé 25 plaintes contre le glyphosate au Tribunal Judiciaire de Carprentras. Depuis le début des tests d'urines, l'association comptabilise 108 "pisseurs volontaires de glyphosate" et bientôt 97 plaintes déposées.

L'association Foll'Avoine a déposé 25 plaintes contre le glyphosate à Carpentras après des tests d'urines
L'association Foll'Avoine a déposé 25 plaintes contre le glyphosate à Carpentras après des tests d'urines © Radio France - Romane Porcon

Pour l'association Foll'Avoine qui mène campagne contre le glyphosate, c'est le troisième dépôt de plainte dans le Vaucluse. Ce jeudi 6 février, la présidente de l'Association Foll'Avoine, Mireille Lambertin, s'est rendue avec huit autres militants anti-glyphosate au Tribunal Judiciaire de Carprentras pour déposer 25 plaintes suite à des analyses d'urines montrant un taux important de glyphosates.

108 "pisseurs volontaires de glyphosate" dans le Vaucluse

Dans le Vaucluse, l'association Foll'Avoine compte 108 pisseurs volontaires de glyphosate et bientôt 97 plaintes. Certaines plaintes vont être déposées prochainement au Tribunal Judiciaire d'Avignon. Depuis le test d'urines organisé en mai dernier à Pernes-les-Fontaines, 25 personnes ont décidé de porter plainte "atteinte à la vie d'autrui", "atteinte à l'environnement" et pour "tromperie aggravée". Serge a un des taux les plus importants : 1.43 nanogrammes de glyphosate relevé par millilitre de sang, dans ses urines.

Soit bien plus que le taux qui rend l'eau non-potable à la consommation humaine. La loi autorise jusqu'à 0,1 nanogramme de glyphosate par millilitre. Il faut dire que ce retraite a longtemps côtoyé ce pesticide : "Je suis chimiste et j'ai été conseiller vendeur dans l'Agriculture. J'ai vu des choses hallucinantes, des agriculteurs qui touillaient des produits, des pesticides." Aujourd'hui, ce militant se bat contre le glyphosate et espère que sa plainte fera avancer le débat.

"Pendant une dizaine d'années, j'ai honte de le dire, mais j'ai vendu ce type de produit, ces pesticides aux agriculteurs". Serge, ancien conseiller vendeur

Dans le groupe présent devant le Tribunal de Carpentras, Daniel Clerc est venu assister au dépôt de plaintes. Il est agriculteur aux Vignières et a banni le glyphosate de son exploitation il y a une quinzaine d'années : "On est contaminé par le glyphosate alors que nous sommes sur une exploitation agricole biologique où il n'y a pas d'utilisation de glyphosate depuis 1995. Malgré ça, j'ai un taux est à 0,67. Je dépasse donc largement le taux autorisé. Pour moi, c'est une question de volonté. 

Depuis des millénaires, on a produit sans produits chimiques. Le problème c'est que c'est une histoire de pognon et de plus riches. On est les plus nombreux, mais on est pas les plus riches. Mais si on est nombreux on devrait gagner." Prochainement, l'association Foll'Avoine va déposer une dizaine de plaintes au Tribunal Judiciaire d'Avignon. Une étape importante pour Mireille Lambertin, présidente de l'Association Foll'Avoine. Elle sort soulagée du Tribunal de Carpentras. Pour cette militante, c'est un dossier de plus déposé dans ce long combat contre le glyphosate.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu