Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO : en Baie de Somme, il capture les oiseaux pour mieux les recenser

-
Par , France Bleu Picardie

Ce week-end, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) propose au grand public de compter les oiseaux des jardins. Une activité pratiquée toute l'année par Philippe Caruette, un naturaliste du parc ornithologique du Marquenterre (Somme), qui possède un permis de capturer et baguer les oiseaux.

Philippe Caruette tient une mésange charbonnière capturée dans son jardin
Philippe Caruette tient une mésange charbonnière capturée dans son jardin © Radio France - Caroline Félix

Ce week-end, le grand public peut compter les oiseaux dans son jardin. L'opération est organisée deux fois par an par la Ligue de Protection des Oiseaux et le Muséum d'Histoire naturelle de Paris. Il suffit de rester dix minutes face à son jardin ou à un square et de recenser les oiseaux qui s'y posent. Les instructions détaillées se trouvent sur le site internet oiseauxdesjardins.fr.

Ce comptage, des professionnels le font toute l'année.  C'est le cas de l'ornithologue Philippe Caruette, responsable du service animation au parc du Marquenterre. Il fait partie des 400 poseurs de bagues en France, diplôme qu'il a décroché après deux ans de formation. Cela lui donne le droit de poser un filet dans son jardin pour capturer des oiseaux. Une fois décroché du filet, l'oiseau (en l’occurrence un moineau domestique) subit une sorte de "visite médicale", comme le montre la vidéo : 

Philippe Caruette relâche l'oiseau au bout de 10 minutes environ, après l'avoir bagué. Les données sont transmises au Museum d'Histoire naturelle de Paris. Un travail "de longue haleine" mais indispensable pour le naturaliste : "si un jour on retrouve ce moineau, on pourra savoir son parcours de migration, mais aussi les densités de population au fil des années". "En l’occurrence "le moineau domestique c'est une espèce qui est vraiment en déclin. C'est en partie à cause d'une dégradation des conditions d'habitat. Notamment le manque d'insectes dans les milieux agricoles", explique Philippe Caruette. Chaque année, il capture 800 oiseaux de toutes espèces.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess