Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Nitrate d'ammonium à Ambès : "C'est le même produit qui a fait sauter Beyrouth"

-
Par , France Bleu Gironde

Certains riverains de l'usine Yara à Ambès dans la métropole bordelaise se disent inquiets. Cette usine de fabrication d'engrais utilise du nitrate d'ammonium, ce même produit qui serait responsable de la double explosion à Beyrouth, au Liban.

Bernard Bancarel habite en face de l'usine Yara d'Ambès, qui stocke du nitrate d'ammonium pour produire des engrais
Bernard Bancarel habite en face de l'usine Yara d'Ambès, qui stocke du nitrate d'ammonium pour produire des engrais © Radio France - Laëtitia Heuveline

L'inquiétude est grandissante en France et en Gironde après l'explosion meurtrière de Beyrouth mardi 4 août. Ces explosions seraient dues selon les autorités, à un incendie dans un entrepôt qui abritait une énorme quantité de nitrate d'ammonium sur le port libanais. Près de Bordeaux, à Ambès, l'usine Yara a également l'autorisation de stocker des tonnes de nitrate d'ammonium pour produire de l'engrais.

L'usine de production d'engrais Yara à Ambès vue depuis la rive de Macau
L'usine de production d'engrais Yara à Ambès vue depuis la rive de Macau © Radio France - Laëtitia Heuveline

Bernard Bancarel habite en face de l'usine, sur l'autre rive, à Macau, le bruit de cette usine l'a d'abord gêné mais c'est maintenant la sécurité qui l'inquiète : "C'est un site Seveso 3, seuil haut, une des plus dangereuse que l'on puisse avoir sur le territoire français qui peut stocker 2.000 tonnes de nitrates d'ammonium, 66.000 tonnes d'engrais ayant pour base le nitrate d'ammonium ou 25.000 tonnes d'ammoniaque." 

Le nitrate d'ammonium est produit en masse dans le monde : plus de 20 millions de tonnes par an, soit l'équivalent chaque jour de 20 fois la quantité (2.700 tonnes) qui a explosé à Beyrouth. Les stockages de plusieurs centaines et même de milliers de tonnes sont donc fréquents, et un seul exploitant agricole peut en utiliser plusieurs tonnes par an, selon des experts.  Selon le cabinet spécialisé IHS, un peu plus des trois quarts environ sont destinés à l'agriculture - riche en azote, le produit favorise la croissance des plantes - et le reste pour les explosifs, notamment dans le secteur minier et des travaux publics.

Ce n'est pas parce qu'il y a une mise en demeure que le site va exploser demain !

L'usine Yara a été mise en demeure la semaine dernière par la préfecture de Gironde pour non respect de diverses réglementations de sécurité. Le maire d'Ambès, Kevin Subrenat, se veut rassurant et explique que l'Etat aurait fermé le site en cas de danger. "Ce n'est pas parce qu'il y a une mise en demeure que le site va exploser demain ! Cela pousse l'industriel à être plus vertueux et plus sécurisant pour la population". 

La préfecture de Gironde précise : "L’administration a contrôlé les installations de Yara le 10 juin 2020. Aucune non-conformité n’a été relevée sur ces stockages. Néanmoins d’autres infractions ont été constatées. La société YARA a fait l’objet d’un arrêté préfectoral de mise en demeure restée sans effet. Une sanction financière a été prononcé par la préfète le 27 juillet dernier. Suite à l’accident de Lubrizol, la préfète a demandé la révision des PPI (plan particulier d'intervention). Celui de la sociète YARA est en fin du processus de révision. Il devrait être approuvé d’ici la fin de l’année."

Autre discours rassurant, celui du Directeur Adjoint développement et exploitation du port de Bordeaux Philippe Renier : "Nous n'avons pas de stockage de nitrate d'ammonium sur le port de Bordeaux, c'est du transit qui arrive par le port." 

Par la voix de l'UNIFA, l'union des industries de la fertilisation, Yara a simplement précisé qu'il n'y avait aucun dépôt de nitrate d'ammonium pur sur le site mais une version transformée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess