Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Un plongeur cannois repêche des masques et des gants au large d'Antibes

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Postée il y a quelques jours sur sa page Facebook, la vidéo de Laurent Lombard devient virale sur les réseaux sociaux. On voit le plongeur cannois repêcher des masques de protection et des gants au large d'Antibes. Une nouvelle pollution sous-marine post-confinement qui inquiète les associations.

Le plongeur cannois Laurent Lombard a repêché des dizaines de masques de protection et de gants en plastique le week-end dernier au large d'Antibes.
Le plongeur cannois Laurent Lombard a repêché des dizaines de masques de protection et de gants en plastique le week-end dernier au large d'Antibes. - Capture d'écran

Les images sont édifiantes. Tournées le week-end dernier au large d’Antibes par Laurent Lombard, un plongeur cannois qui se considère comme un lanceur d'alerte. Il se filme au fond de la méditerranée en train de repêcher des masques chirurgicaux et des gants en plastique, des objets inhabituels au fond de l'eau, qui se mêlent aux plus traditionnelles canettes en métal et sacs plastiques.

Liée à la crise sanitaire, cette nouvelle pollution sous-marine semble aujourd'hui inévitable et inquiète les associations de protection de la nature, qui veulent alerter sur les conséquences de ce plastique qui s'accumule en Méditerranée.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Ça vous dit cet été de vous baigner avec le Covid-19" ? La question grinçante, en forme d'avertissement, est signée Laurent Lombard, et accompagne la vidéo postée sur sa page Facebook. "Sachant que plus de deux milliards de masques jetables ont été commandés, bientôt il risque d'y avoir plus de masques que de méduses dans les eaux de la Méditerranée," poursuit-il.

"En 2050, on sait qu'il y aura plus de plastique que de poissons," confirme Christophe Geloni, créateur du collectif Ensemble pour la protection du littoral antibois. 

"Cette pollution est dramatique pour notre civilisation" Christophe Geloni

Plus de 400 ans pour se décomposer au fond de l'eau

Ces masques chirurgicaux sont bien en plastique et pas en papier et ils vont mettre plus de 400 ans à se décomposer au fond de l'eau (contre 200 ans pour une canette en métal). Avec des conséquences sur la faune, la flore sous-marine et du coup sur notre santé à tous. 

Les poissons ne font pas la différence entre les méduses et ce plastique qui gît au fond de l'eau," confirme Christophe Geloni. "Quand on mange ensuite ces poissons on ingère ce plastique. Et puis cette pollution tue les nappes de posidonies, ces algues qui produisent 40% de l'oxygène qu'on respire. Cette pollution est donc dramatique pour notre civilisation".

80% des déchets retrouvés en mer ont été jetés à terre

Ces avertissements doivent nous faire réagir, car nous sommes tous concernés. 80% des déchets retrouvés en mer ont été jetés à terre. "Tous ce qu'on jette en ville, en agglomération ou même hors agglomération, se retrouve inévitablement en mer. Le vent ou la pluie emmènent ces déchets et on les retrouve ensuite dans l'eau," explique Jean-Jacques Fieschi, président de l'association Fonds Bleu.

"Nous, on préconise d'installer des filets de rétention à la sortie des canaux qui se jettent dans la mer. Cela permettrait de filtrer au moins 80% des déchets. Mais à Antibes, la ville est réticente car elle a peur des risques d'inondations si les filets sont obstrués. Sauf qu'ils sont prévu pour, et ils peuvent se décrocher en gardant les déchets en cas de gros orage."

"Tous ce qu'on jette par terre se retrouve inévitablement à la mer" Jean-Jacques Fieschi

La vidéo de Laurent Lombard déjà vue des milliers de fois

Il existe donc des solutions et la vidéo de Laurent Lombard va peut-être faire bouger les lignes. Déjà vue près de 100.000 fois en quelques jours, elle a été reprise par des médias étrangers (Canada, Japon...) et met en lumière un fléau mondial. Laurent Lombard est à ce propos l'invité de France Bleu Azur à 8h20 ce mercredi matin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess